Archives de catégorie : Simulation de vol

Liste complète des aéroports virtuels Orbx gratuits et payants.


L’édition complète de la liste des aéroports virtuels Orbx gratuits et payants, en date du 9 juin 2019, se trouve dans le lien PDF téléchargeable ci-dessous (en vert). La liste des aéroports comprend également les détails pour les pistes et l’élévation de l’aéroport. La liste sera mise à jour régulièrement.

Les informations contenues dans les fichiers sont en couleur. Les aéroports en noir proviennent des Global Freeware Pack. Les aéroports en vert sont également gratuits, mais ne font pas partie des Global Freeware Pack. Les aéroports en bleu sont payants.

Quand une piste est de couleur orange, c’est qu’elle est de 2000 pieds ou moins et/ou que sa largeur est de 60 pieds ou moins. Les hydroaérodromes ont la mention “water” en bleu. À la fin de chaque description des pistes se trouve l’élévation de l’aéroport. Elle est en rouge.

Liste complète des aéroports payants et gratuits avec description des pistes.



Quatrième édition de la liste des aéroports virtuels gratuits et payants de Orbx.


La quatrième édition de la liste des aéroports virtuels Orbx gratuits et payants en date du 2 juin 2019 se trouve dans le lien PDF téléchargeable ci-dessous (en vert). La liste des aéroports est complète, mais je complète actuellement les détails reliés aux pistes de chaque aéroport.

Les informations contenues dans les fichiers sont en couleur. Les aéroports en noir proviennent des Global Freeware Pack. Les aéroports en vert sont également gratuits, mais ne font pas partie des Global Freeware Pack. Les aéroports en bleu sont payants.

Quand une piste est de couleur orange, c’est qu’elle est de 2000 pieds ou moins et/ou que sa largeur est de 60 pieds ou moins. Les hydroaérodromes ont la mention “water” en bleu. À la fin de chaque description des pistes se trouve l’élévation de l’aéroport. Elle est en rouge.

Quatrième édition de la liste des aéroports gratuits et payants de Orbx.



Troisième édition de la liste des aéroports virtuels gratuits et payants de orbx.


La troisième édition de la liste des aéroports Orbx gratuits et payants en date du 26 mai 2019 se trouve dans le lien PDF téléchargeable ci-dessous (en vert). La liste n’est pas encore complète, mais elle avance bien.

Les informations contenues dans les fichiers sont en couleur. Les aéroports en noir proviennent des Global Freeware Pack. Les aéroports en vert sont également gratuits, mais ne font pas partie des Global Freeware Pack. Les aéroports en bleu sont payants.

Quand une piste est de couleur orange, c’est qu’elle est de 2000 pieds ou moins et/ou que sa largeur est de 60 pieds ou moins. Les hydroaérodromes ont la mention “water” en bleu. À la fin de chaque description des pistes se trouve l’élévation de l’aéroport. Elle est en rouge.

Troisième édition de la liste des aéroports gratuits et payants de Orbx.



Liste des aéroports virtuels Orbx gratuits et payants


La seconde édition de ma liste des aéroports virtuels Orbx gratuits et payants en date du 19 mai 2019 se trouve dans le lien PDF téléchargeable ci-dessous (en vert). La liste n’est pas encore complète.

Les informations contenues dans les fichiers sont en couleur. Les aéroports en noir proviennent des Global Freeware Pack. Les aéroports en vert sont également gratuits, mais ne font pas partie des Global Freeware Pack. Les aéroports en bleu sont payants.

Quand une piste est de couleur orange, c’est qu’elle est de 2000 pieds ou moins et/ou que sa largeur est de 60 pieds ou moins. Les hydroaérodromes ont la mention “water” en bleu. À la fin de chaque description des pistes se trouve l’élévation de l’aéroport. Elle est en rouge.

Deuxième édition de la liste des aéroports gratuits et payants de Orbx.



Simulation de vol : trois captures d’écran.

Les scènes virtuelles utilisées ci-dessous lors d’exercices de simulation de vol sont toutes disponibles en ligne, pour achat ou gratuitement, chez ORBX ( https://orbxdirect.com/ ).

Piper Pacer en approche pour le quai de Robert's Lake en Ontario, Canada.
Piper Pacer en approche pour le quai de Robert’s Lake en Ontario, Canada.

Dans la scène ci-dessus, le Piper Pacer, conçu par la compagnie Lionheart Creations Ltd ( http://www.lionheartcreations.com/ ), arrive au quai de Robert’s Lake, au Canada. Ce lac a été modélisé en conjonction avec la scène virtuelle Parry Sound (CNK4).

Cessna C188B Agtruck virtuel près de Claresholm Industrial Park en Alberta, Canada.
Cessna C188B Agtruck virtuel près de Claresholm Industrial Park en Alberta, Canada.

Dans la photo ci-dessus, un Cessna C188B Agtruck virtuel, créé par la compagnie Alabeo ( https://www.alabeo.com/sitealabeo/ ), est stationné non loin de l’aéroport de Claresholm Industrial Park (CEJ4), au Canada. L’aéroport virtuel est disponible via un téléchargement gratuit chez ORBX. Qui a dit que dans la vie, rien n’est gratuit?!

Un hélicoptère UH-60L Black Hawk virtuel de la police colombienne en action.
Un hélicoptère UH-60L Black Hawk virtuel de la police colombienne en action.

Ci-haut, un hélicoptère virtuel UH-60L Black Hawk, créé par la compagnie Cerasim ( https://www.cerasimaircraft.com/ ), survole un territoire de la Papouasie Nouvelle-Guinée. Il aurait normalement dû se trouver au-dessus de la Colombie, mais la compagnie Orbx n’a pas encore développé d’aéroports très définis pour ce pays. Il est donc plus intéressant d’effectuer des vols là où un travail de modélisation plus important a été effectué.

Les trois captures d’écran ont été légèrement améliorées numériquement suite à chacun des vols virtuels. En effet, la plateforme de simulation de vol FSX , bien que toujours très intéressante, est aujourd’hui un peu vieillissante. Les captures d’écran d’origine bénéficient donc souvent d’un léger traitement numérique ultérieur, spécialement lorsque vient le temps de présenter l’image pour le concours mensuel international de la compagnie ORBX.  

Le Shorts 360 et l’aéroport Juancho E. Yrausquin (SAB)

Dans la section des vols insensés de mon site web https://francoisouellet.ca/simulation-de-vol/vols-virtuels-insenses/, je propose maintenant ce vol du Shorts 360 entre l’aéroport de St.Maartens(Princess Juliana Intl) et l’aéroport Juancho E. Yrausquin (SABA, SAB ou TNCS selon le cas).

La piste de l’aéroport Juancho E. Yrausquin est normalement utilisée par des DHC-6,  des BN-2  ou des hélicoptères.

Le Shorts 360 au décollage de l'aérport Princess Juliana Intl.
Le Shorts 360 au décollage de l’aérport Princess Juliana Intl.

L’Île est en vue…

Le Shorts 360 et l'Île de SABA en vue.
Le Shorts 360 et l’Île de SABA en vue.

Les distances officielles d’atterrissage et de décollage requises sont passablement plus longues que ce que l’aéroport Juancho E.Yrausquin (SAB), avec sa courte piste de 1299 pieds, permet d’offrir.

Mais pour l’amateur de simulation de vol (FSX), Saba offre un beau défi car une approche très bien ajustée à une vitesse de 90 kts est nécessaire pour n’occuper que l’espace autorisé de la piste.

Le Shorts 360 et l'Île de SABA.
Le Shorts 360 et l’Île de SABA.

Piste 12 en vue, à l’extrême gauche de la photo. Vitesse et altitude ajustée.

L’approche se fait sur la piste 12, visible à l’extrême gauchede la photo. La vitesse est déjà ajustée. Les vents soufflent en provenance de180/07. L’approche se fait avec plein volets.

Le Shorts 360 est en courte finale pour la piste 12 de l'aéroport Juancho E. Yrausquin.
Le Shorts 360 est en courte finale pour la piste 12 de l’aéroport Juancho E. Yrausquin.
Le Shorts 360 sur le point d'atterrir sur l'aéroport de SABA.
Le Shorts 360 sur le point d’atterrir sur l’aéroport de SABA.

L’appareil peut être immobilisé de justesse dans la partie autorisée de la piste et la portion restante est utilisée pour virer et remonter la piste.

Le Shorts 360 après son atterrissage sur la piste 12 de l'aéroport Juancho E. Yrausquin.
Le Shorts 360 après son atterrissage sur la piste 12 de l’aéroport Juancho E. Yrausquin.
Le Shorts 360 quitte la piste 12 de l'aéroport Juancho E. Yrausquin.
Le Shorts 360 quitte la piste 12 de l’aéroport Juancho E. Yrausquin.
Le Shorts 360 est stationné à l'aéroport Juancho E. Yrausquin.
Le Shorts 360 est stationné à l’aéroport Juancho E. Yrausquin.

L’appareil pourra également quitter l’aéroport de justesse en utilisant toute la piste requise. La vitesse atteinte se situe entre 100 et 110 nœuds. Les volets sont ajustés au 2/3 pour le décollage.

Bon vol!

La courte piste en montagne de Launumu en Papouasie Nouvelle-Guinée

Un DHC-3 de la compagnie Air Saguenay a réussi  à faire le voyage entre le Québec et Kokoda en Papouasie Nouvelle-Guinée. Il travaillera dans le secteur, sur les différentes pistes en montagne, durant plusieurs mois.

Le Otter d'Air Saguenay circule pour la piste de Kokoda en direction de Launumu en Papouasie Nouvelle-Guinée.
Le Otter d’Air Saguenay circule pour la piste de Kokoda en direction de Launumu en Papouasie Nouvelle-Guinée.

Aujourd’hui, le Otter se dirige vers Launumu, une piste en montagne dont l’élévation est de 5082 pieds asl et qui a une longueur de 1200 pieds.

Le Otter d'Air Saguenay au départ de Kokoda.
Le Otter d’Air Saguenay au départ de Kokoda.

Il faut surveiller les oiseaux pour éviter les collisions en vol.

Avion Otter et oiseaux.
Avion Otter et oiseaux.

Une bonne façon d’atteindre Launumu est de suivre le sentier de Kokoda.

Le Otter dans les montagnes de la Nouvelle-Guinée, suivant la piste de Kokoda.
Le Otter dans les montagnes de la Nouvelle-Guinée, suivant la piste de Kokoda.

Si le mélange air/essence n’est pas bien ajusté, l’aéronef perdra de la puissance en tentant de franchir certaines montagnes dont le sommet culmine autour de 7500 pieds.

Tableau de bord du Otter avec le mélange air/essence ajusté.
Tableau de bord du Otter avec le mélange air/essence ajusté.

Tout pilote atterrissant ou quittant Launumu doit composer avec une haute altitude densité. Ce n’est pas seulement dû à l’élévation de la piste, mais aussi à la présence d’air chaud et humide dans la région. En conséquence, une vitesse un peu plus élevée sera nécessaire au moment de l’arrivée et du départ. La piste de Launumu est en vue.

La piste de Launumu est en vue.
La piste de Launumu est en vue.

Lorsqu’un pilote atterri en direction sud-ouest sur la piste de Launumu, en provenance de Kokoda, il doit plonger dans la vallée pour perdre de l’altitude. Cela aura pour conséquence d’accroître la vitesse de l’appareil.

Si la vitesse n’est pas promptement corrigée, l’approche pour la piste de Launumu se fera à une vitesse trop élevée. Toute vitesse en haut de 60 nœuds forcera le pilote à effectuer une approche manquée (à moins que vous soyez prêt à mourir virtuellement quelques fois en tentant de forcer l’approche).

Perte d'altitude en respectant la limite des volets.
Perte d’altitude en respectant la limite des volets.

Donc, une fois les plus hautes montagnes franchies, une bonne façon de perdre de l’altitude sans gagner de vitesse est d’utiliser les volets et de faire un virage serré de 360 degrés tout en descendant. De cette façon, le pilote terminera le virage en ligne avec la piste et à la vitesse désirée, qui se situe autour de 50 nœuds.

Virage en descente dans la vallée pour une approche vers Launumu.
Virage en descente dans la vallée pour une approche vers Launumu.

Le Otter plane longuement grâce à ses immenses ailes.

Le Otter d'Air Saguenay en approche pour la courte piste de Launumu en Papouasie Nouvelle-Guinée.
Le Otter d’Air Saguenay en approche pour la courte piste de Launumu en Papouasie Nouvelle-Guinée.

En finale pour la piste de Launumu, le pilote devra composer avec quelques arbustes en finale. Il n’est pas inhabituel pour un Otter ou un Beaver de compléter une approche difficile avec quelques plantes vertes enroulées autour du train d’atterrissage.

Le Otter d'Air Saguenay en finale pour la piste en montagne de Launumu.
Le Otter d’Air Saguenay en finale pour la piste en montagne de Launumu.

Arrivée d'un avion de type Otter sur la piste en altitude de Launumu.
Arrivée d’un avion de type Otter sur la piste en altitude de Launumu.

Launumu offre une surprise aux nouveaux arrivants. Si le pilote atterri en direction sud-ouest, comme cela est fait ici, et qu’il n’immobilise pas l’avion en-dedans d’approximativement 600 pieds, l’aéronef recommence à accélérer à cause de la pente prononcée dans la deuxième partie de la piste. Cette pente mène à une falaise. En cas d’approche manquée, le pilote peut utiliser la pente descendante pour plonger dans la vallée en fin de piste et ainsi accroître la vitesse de l’appareil et débuter une nouvelle approche.

Maintenant que le travail difficile est fait, il suffit d’attendre les passagers et la cargaison et de planifier le prochain vol!

Un aéronef Otter remonte la piste à rebours après un atterrissage sur la piste en pente de Launumu.
Un aéronef Otter remonte la piste à rebours après un atterrissage sur la piste en pente de Launumu.

Avion de type Otter stationné sur la piste de Launumu en Papouasie Nouvelle-Guinée.
Avion de type Otter stationné sur la piste de Launumu en Papouasie Nouvelle-Guinée.

La scène virtuelle a été conçue par Ken Hall et Tim Harris.

Les paysages et les nuages virtuels ont nécessité les programmes virtuels tels que REX, REX Texture Direct, Cumulus X, FTX Global, FTX Global Vector et Pilot’s FS Global 2010.

 

Un planeur sur une piste en pente de 12 degrés en Papouasie Nouvelle-Guinée

Tout est maintenant prêt! Le premier planeur est arrivé à l’aéroport de Fane Parish en Papouasie Nouvelle-Guinée

Planeur sur la courte piste en gazon et en pente de Fane Parish en Papouasie Nouvelle-Guinée.
Planeur sur la courte piste en gazon et en pente de Fane Parish en Papouasie Nouvelle-Guinée.

Avant que ce soit officiellement offert en tant qu’attraction touristique pour la région, quelques essais de décollage et atterrissage doivent être effectués. Le premier essai attire quelques curieux!

Avion et planeur sur la piste en montagne de Fane Parish.
Avion et planeur sur la piste en montagne de Fane Parish.

La descente le long de la piste en pente de 12 degrés secoue un peu et le devant des ailes est un peu égratigné. Certains petits buissons devront être élagués!

Un aéronef tire un planeur au décollage de la piste en pente de Fane Parish en Papouasie Nouvelle-Guinée.
Un aéronef tire un planeur au décollage de la piste en pente de Fane Parish en Papouasie Nouvelle-Guinée.

La météo est superbe et la température très chaude. Le seul problème potentiel est la montagne droit devant.

Planeur tiré par un avion après le décollage de la piste en montagne de Fane Parish.
Planeur tiré par un avion après le décollage de la piste en montagne de Fane Parish.

Le pilote coupe finalement le lien. Il est libre d’explorer les environs!

Lien coupé entre l'avion et le planeur après le décollage de Fane Parish.
Lien coupé entre l’avion et le planeur après le décollage de Fane Parish.

Le planeur survole silencieusement la jungle de la Papouasie Nouvelle-Guinée.

Survol du territoire de la Papouasie Nouvelle-Guinée avec un planeur virtuel (FSX)
Survol du territoire de la Papouasie Nouvelle-Guinée avec un planeur virtuel (FSX)

Utilisant les courants d’air chaud, le planeur gagne en altitude.

Le planeur prend de l'altitude.
Le planeur prend de l’altitude.

Pourquoi pas un survol du village de Fane?

Survol du village de Fane Parish avec un planeur virtuel.
Survol du village de Fane Parish avec un planeur virtuel.

Et voici un autre village isolé le long de la montagne.

Vol avec planeur virtuel au-dessus d'un village isolé de Papouasie Nouvelle-Guinée
Vol avec planeur virtuel au-dessus d’un village isolé de Papouasie Nouvelle-Guinée

Un dernier virage serré pour débuter l’approche vers Fane Parish.

Dernier virage serré pour un atterrissage court sur la piste en pente de Fane Parish
Dernier virage serré pour un atterrissage court sur la piste en pente de Fane Parish

Les aérofreins sont sortis et la vitesse est raisonnable. La piste en pente est juste devant, sur le sommet de la montagne de droite.

Approche d'un planeur pour la piste en terrain élevé de Fane Parish en Papouasie Nouvelle-Guinée. La vitesse est appropriée et l'angle est bon.
Approche d’un planeur pour la piste en terrain élevé de Fane Parish en Papouasie Nouvelle-Guinée. La vitesse est appropriée et l’angle est bon.

Il faut conserver juste assez d’altitude pour être certain de se rendre jusqu’à la piste.

Planeur en approche pour la piste en pente de 12 degrés de l'aéroport de Fane Parish.
Planeur en approche pour la piste en pente de 12 degrés de l’aéroport de Fane Parish.

Maintenant que l’atterrissage est assuré, il est temps d’utiliser les aérofreins pour ralentir le planeur.

Planeur virtuel arrivant au-dessus de la piste de Fane Parish en Papouasie Nouvelle-Guinée. Les aérofreins sont sortis.
Planeur virtuel arrivant au-dessus de la piste de Fane Parish en Papouasie Nouvelle-Guinée. Les aérofreins sont sortis.

Étant donné que cette piste d’atterrissage en altitude a une bonne pente, il est préférable de conserver un peu de vitesse. Aucun pilote n’apprécie un décrochage à quelques pieds au-dessus de la piste.

Planeur virtuel avec aérofreins au-dessus de la piste de Fane Parish
Planeur virtuel avec aérofreins au-dessus de la piste de Fane Parish

Quelle expérience! Mais le pilote aura besoin d’aide pour remonter le planeur le long de la pente!

Planeur sur la piste de Fane Parish
Planeur sur la piste de Fane Parish

Le vol était superbe, la vue en valait vraiment la peine. Je pense que cette activité de planeur pourrait devenir une attraction touristique pour la région et les visiteurs plus fortunés …

Planeur atterri sur la piste de l'aéroport de Fane Parish en Papouasie Nouvelle-Guinée
Planeur atterri sur la piste de l’aéroport de Fane Parish en Papouasie Nouvelle-Guinée

La scène virtuelle est une création de Ken Hall et Tim Harris pour la compagnie ORBX.

 

Solution radicale aux vents de travers dans la simulation de vol

Il n’y a pas d’aéronefs dans le ciel aux environs de l’aéroport virtuel de Port Moresby Jacksons (AYPY) aujourd’hui. Aucun aéronef sauf un, chargé d’une évacuation médicale.

Arrivée du Medevac vers l'aéroport de Port Moresby Jacksons (AYPY). Les vents empêchent un atterrissage normal.
Arrivée du Medevac vers l’aéroport de Port Moresby Jacksons (AYPY). Les vents empêchent un atterrissage normal.

Les vents soufflent du 240 degrés à 50G60 nœuds et les pistes sont orientées 14/32. Cela dépasse largement les vents de travers autorisés pour les aéronefs.

Mais l’équipage du Rockwell Shrike Commander 500S ne peut attendre que le vent se calme. Il doit atterrir dans les prochaines minutes pour espérer sauver la vie du patient.

L'aéroport de Port Moresby Jacksons (AYPY) est en vue en haut au centre de la photo.
L’aéroport de Port Moresby Jacksons (AYPY) est en vue en haut au centre de la photo.

Étant donné qu’il n’y a aucun trafic aérien autour de l’aéroport, le commandant de bord a signifié aux contrôleurs aériens son intention d’effectuer une approche sécuritaire mais qui sort de la norme établie.

L'avion est placé graduellement pour arriver en ligne droite vers le hangar de AYPY.
L’avion est placé graduellement pour arriver en ligne droite vers le hangar de AYPY.

L'avion s'aligne face au vent pour l'approche à travers les pistes.
L’avion s’aligne face au vent pour l’approche à travers les pistes.

Arrivant directement à travers les pistes, face au vent, l’équipage a l’intention de faire atterrir l’avion à quelques pieds d’un hangar. Le capitaine demande que quelqu’un ouvre la porte du hangar immédiatement. L’approche se terminera devant les portes du hangar, protégée du vent.

Trajet du Shrike Commander 500S vers le hangar de l'aéroport de Port Moresby Jacksons. La porte est ouverte pour l'arrivée.
Trajet du Shrike Commander 500S vers le hangar de l’aéroport de Port Moresby Jacksons. La porte est ouverte pour l’arrivée.

Il est plus sécuritaire d’arriver directement face au vent et d’entrer immédiatement dans le hangar. Il faut éviter de circuler avec des vents de 60 nœuds de travers.

Inutile de dire que le contrôleur aérien a refusé la demande. Le capitaine d’un avion est cependant le seul qui décide de la meilleure surface pour l’atterrissage, autant pour la sécurité des passagers que pour lui-même. Il procède avec son approche, après avoir clairement indiqué quelle trajectoire sera suivie.

Le Shrike Commander 500S au-dessus des habitations près de Port Moresby Jacksons.
Le Shrike Commander 500S au-dessus des habitations près de Port Moresby Jacksons.

Le problème principal pour l’approche est la turbulence mécanique de bas niveau causée par les vents en rafales de 60 nœuds.

Si l’ATC veut faire une plainte, le moment est arrivé : il est possible de prendre une photo de l’avion de même que de son immatriculation.

Vol par le travers de la tour de contrôle de AYPY.
Vol par le travers de la tour de contrôle de AYPY.

La vitesse-sol de l’avion se situe autour de 20 nœuds.

Le Shrike Commander 500S en approche à travers les pistes de l'aéroport de Port Moresby Jacksons. Les vents soufflent du 240 degrés à 50G60.
Le Shrike Commander 500S en approche à travers les pistes de l’aéroport de Port Moresby Jacksons. Les vents soufflent du 240 degrés à 50G60.

La vitesse stable des vents est actuellement plus sécuritaire que si les vents étaient du 240 à 35G60.

Vitesse-sol de 20 noeuds pour le Shrike Commander 500S en finale pour le hangar de Port Moresby Jacksons (AYPY).
Vitesse-sol de 20 noeuds pour le Shrike Commander 500S en finale pour le hangar de Port Moresby Jacksons (AYPY).

Toujours légèrement au-dessus de la piste et à une vitesse-sol entre 10 et 20 nœuds. L’anémomètre indique la vitesse du vent lui-même additionnée à celle de la vitesse-sol.

Vitesse indiquée 70 noeuds.
Vitesse indiquée 70 noeuds.

Vue frontale du Shrike Commander 500S pendant l'arrondi devant le hangar de AYPY.
Vue frontale du Shrike Commander 500S pendant l’arrondi devant le hangar de AYPY.

L’avion flotte comme une montgolfière ou presque!

Vue latérale du Shrike Commander 500S en finale pour le hangar à Port Moresby Jacksons.
Vue latérale du Shrike Commander 500S en finale pour le hangar à Port Moresby Jacksons.

Le Shrike Commander atterrira sous peu à Port Moresby Jacksons.
Le Shrike Commander atterrira sous peu à Port Moresby Jacksons.

Au moment où l’avion touche le sol, il arrête presqu’immédiatement. Il est même nécessaire de mettre les gaz pour atteindre le hangar, comme en témoigne les traînées blanches derrière l’appareil.

Dans la vraie vie, le touché des roues se serait fait dès que débute l’asphalte étant donné que la présence du hangar réduit un peu la vitesse du vent.

Atterrissage du Shrike Commander quelques pieds avant le hangar. Du pouvoir supplémentaire est nécessaire pour atteindre le hangar.
Atterrissage du Shrike Commander quelques pieds avant le hangar. Du pouvoir supplémentaire est nécessaire pour atteindre le hangar.

Quelques secondes après s’être posé, l’avion est dans le hangar, protégé du vent, et autant le médecin que le patient peuvent rapidement être conduits à l’hôpital.

Le Shrike Commander 500S dans le hangar à Port Moresby (AYPY).
Le Shrike Commander 500S dans le hangar à Port Moresby (AYPY).

Une fois dans le hangar, les vents virtuels sont ajustés à zéro, ce qui est logique, à moins que le mur opposé du hangar soit absent!

Vue verticale de l'aéroport de Port Moresby Jacksons (AYPY)
Vue verticale de l’aéroport de Port Moresby Jacksons (AYPY)

Il est maintenant temps de se préparer à affronter une autre tempête, celle de l’enquête qui suivra possiblement l’atterrissage!

(P.S. : Tim Harris et Ken Hall ont été les créateurs de cet aéroport virtuel de Port Moresby Jacksons. Ce dernier est vendu par Orbx et l’avion virtuel est venu par Carenado).

Le MD-11 de la compagnie Rotate pour la plateforme de simulation de vol X-Plane

Le MD-11 virtuel conçu par la compagnie Rotate pour la plateforme de simulation de vol X-Plane
Le MD-11 virtuel conçu par la compagnie Rotate pour la plateforme de simulation de vol X-Plane

Bonne nouvelle pour les amateurs de simulation de vol. Ceux qui désespéraient de pouvoir trouver un MD -11 virtuel pourront se réjouir.

La compagnie ROTATE, qui fait des aéronefs virtuels pour la plateforme de simulation de vol X-Plane a décidé de se lancer dans la conception d’un MD -11 virtuel. Elle a tout un défi sur les bras mais les progrès sont constants.

Il y a plusieurs années, une autre compagnie, PMDG, avait conçu un MD -11 virtuel mais elle a par la suite décidé de délaisser les clients qui s’étaient procuré cet excellent appareil en n’offrant plus de mises à jour. Elle a éventuellement tout simplement enlevé le MD -11 de sa liste de produits.

Depuis ce temps, de nombreux amateurs de simulation de vol se demandaient s’ils pourraient un jour avoir le plaisir d’apprendre à piloter le MD -11. De nombreux écrasements d’avion MD -11 sont survenus depuis sa conception. Ils s’agissaient surtout d’erreurs de pilotage, sauf dans le cas de Swissair 111.

Le personnel de Rotate a récemment publié sur sa page WEB une nouvelle photo (ci-haut) pour montrer l’avancement des travaux. La qualité graphique est vraiment superbe.

Dans une entrevue donnée à PC Pilot pour l’édition de mars/avril 2018, les concepteurs disaient qu’ils entendent offrir un haut niveau de simulation de vol avec le MD -11, mais que tout n’est pas encore joué : « Le MD -11 est beaucoup plus gros et beaucoup plus complexe que le MD -80 [que nous offrons déjà] et nous voulons que la simulation reflète cela ».

Ceux qui volent en utilisant FSX pourront désormais ajouter X-Plane dans leur simulateur de vol et ainsi bénéficier du MD -11 de Rotate lorsqu’il sera prêt (probablement vers la fin 2019).

La beauté avec X-Plane est que la plateforme de 64 bits utilise de façon à peu près égale les six cœurs des nouveaux processeurs sur le marché. Le nombre de FPS est donc très élevé, ce qui permettra d’utiliser le MD -11 autour des grands aéroports virtuels et lors de météo complexe sans avoir à faire de compromis.

Une autre bonne nouvelle est que la compagnie ORBX ( https://orbxdirect.com/ ) offre désormais des produits adaptés pour X-Plane, ce qui accroîtra grandement l’offre de scènes virtuelles de qualité.