Catégories
Simulation de vol

Liste des aéroports Orbx gratuits et payants édition du 31 mars 2021.

J’ai révisé et édité ma liste des aéroports Orbx gratuits et payants, avec la description des pistes et l’élévation de l’aéroport. La liste inclut la grande majorité des aéroports qui ont été créés jusqu’au 30 mars 2021. Elle ne tient cependant pas compte des aéroports conçus par les partenaires commerciaux de Orbx.

Les aéroports ont été ajoutés en se basant sur ce que Orbx annonce dans la section « Orbx Release Announcements ». Il y a des aéroports pour Microsoft 2020 (MSFS), X-Plane, P3DV4, AFS2 et FSX. Il y a une grande quantité d’aéroports pour FSX qui ont été améliorés avec le temps par Larry Isenor et Neil Hill.

Les aéroports payants viennent souvent avec un ou plusieurs aéroports secondaires inclus lors de l’achat. Leurs données sont incluses dans la liste.

Dans les régions Orbx originales qui ont été conçues il y a plusieurs années pour la côte ouest américaine, vous trouverez plusieurs aéroports qui ne sont pas sur ma liste. La liste n’est donc pas parfaite, mais elle est tout de même très utile pour l’amateur de simulation de vol. Pour le reste de la planète, la liste est très près de la réalité.

Vous avez accès à un fichier PDF téléchargeable gratuit sur mon site web.

Catégories
Photographie Photos du Québec

Le MNBAQ de Québec en hiver

L'exposition Turner au MNBAQ à Québec en 2021.
L’exposition Turner au MNBAQ à Québec en 2021.

Avant que l’hiver 2021 ne se termine officiellement, voici quelques photos prises autour du MNBAQ (Musée National des Beaux-Arts du Québec) alors qu’il reste encore un peu de neige au sol et sur les branches des arbres. Le Musée accueillait au printemps 2021 l’exposition du peintre britannique J.M.W. Turner.

Une section du Musée National des Beaux-Arts du Québec (MNBAQ) en hiver.
Une section du Musée National des Beaux-Arts du Québec (MNBAQ) en hiver.

Les lignes obliques présentes dans l’architecture du MNBAQ en combinaison avec le contraste entre les bleus et les jaunes ont attiré mon attention. La scène est encadrée par les deux arbres et la passante au centre ajoute une touche d’humanité à l’ensemble.

"L'heure bleue" dans un parc près du MNBAQ.
“L’heure bleue” dans un parc près du MNBAQ.

La photo ci-dessus a été prise durant « l’heure bleue », tout près du MNBAQ. Les citoyens ont déserté le parc et sont de retour à l’intérieur de leur demeure pour préparer le repas du soir, comme en témoigne la photo ci-dessus, où presque tous les étages de l’immeuble en arrière-plan sont éclairés.

Il m’a semblé important d’inclure les beaux arbres entourant le MNBAQ dans chacune des trois photos.

Catégories
Simulation de vol

Microsoft Flight Simulator 2020

En approche pour l'aéroport international de Narita, au Japon, avec le simulateur de vol Microsoft Flight Simulator 2020.
En approche pour l’aéroport international de Narita, au Japon, avec le simulateur de vol Microsoft Flight Simulator 2020.

Le simulateur de vol Microsoft Flight Simulator 2020 est vraiment un produit extrêmement intéressant. Microsoft profite de l’imagerie satellitaire offerte par Bing, ce qui permet à l’amateur de simulation de vol de survoler la planète « en réel », sans restriction. Avec en plus la météo et le trafic aérien en temps réel, l’immersion devient totale.

Au-dessus de New York en soirée avec le simulateur de vol Microsoft Flight Simulator 2020.
Au-dessus de New York en soirée avec le simulateur de vol Microsoft Flight Simulator 2020.

Pour télécharger les 128 gigaoctets du jeu en utilisant mon forfait internet actuel, j’ai eu besoin de quatorze heures. Je me souviens encore du moment où j’ai acheté un disque dur « d’une capacité incroyable » et qui pouvait contenir 30 mégaoctets de données. C’était la révolution informatique!

Bien sûr, le jeu demande une adaptation au niveau technologique. Il faut nécessairement un ordinateur performant, cela va de soi. Mais un aspect nouveau et très positif de ce simulateur est que l’on peut désormais utiliser une manette X-Box comme caméra en vol, avec en plus un palonnier et un volant pour plus de réalité. Cette caméra offre des possibilités incroyables et la manette X-Box en supplément est essentielle pour qui veut gagner en flexibilité pour effectuer des captures d’écran en vol.

Le Zlin Savage Cub en vol aux États-Unis avec le simulateur de vol Microsoft Flight Simulator 2020.
Le Zlin Savage Cub en vol aux États-Unis avec le simulateur de vol Microsoft Flight Simulator 2020.

Comme pour toute nouveauté, il faut s’adapter. Pour ma part, j’utilise les produits de la compagnie CH depuis des années et le nouveau simulateur a eu des problèmes a reconnaître les fonctions des produits CH. En lisant les commentaires sur différents sites, je réalise que plusieurs amateurs de simulation de vol ont eu le même problème. Voici donc, ci-dessous, les liens qui ont permis à un néophyte comme moi de régler les problèmes.

Le premier lien mène vers un vidéo sans paroles, qui se déroule lentement et clairement.

L’autre vidéo que je vous propose est en anglais. Son auteur utilise une méthode légèrement différente, mais super facile à comprendre et qui permet d’acquérir des connaissances supplémentaires lorsque l’on désire cartographier les commandes de pilotage de la compagnie CH.

Un autre vidéo vous donne accès aux produits de la compagnie CH. Vous y trouverez les liens qui vous permettent d’imprimer une représentation de vos commandes de vol CH. Vous pourrez ainsi trouver quelle commande correspond à quel numéro et apprendre à cartographier les commandes en fonction de vos besoins.

Voici deux autres liens pratiques pour les réponses aux diverses questions sur X-Box ou autres et sur les produits CH.

Vue aérienne de Québec sur le simulateur de vol Microsoft Flight Simulator 2020.
Vue aérienne de Québec sur le simulateur de vol Microsoft Flight Simulator 2020.

Dans la capture d’écran ci-dessus, prise avec MSFS2020, on reconnaît la Ville de Québec, avec au loin à gauche le restaurant Le Concorde, suivi de l’Édifice G, le début des Plaines d’Abraham, le Château Frontenac, l’édifice Price et la basse-ville de Québec.

Bon vol!

Catégories
Romans

Le sympathisant

Le livre "Le sympathisant" de Viet Thanh Nguyen.
Le livre “Le sympathisant” de Viet Thanh Nguyen.

L’agent double du roman « Le sympathisant » est un homme seul que rien ne va détourner de son idéal politique, un peu comme pour le soldat japonais Hiro Onada que l’on retrouve dans un autre excellent livre intitulé « Au nom du Japon ».

« Le sympathisant » est un voyage entre le Saïgon de 1975 et la côte ouest-américaine des années » 80. Le roman décrit la vie d’un agent double dans la région où il est né, l’Indochine coloniale, puis plus tard dans la nouvelle existence qu’il s’est recréée aux États-Unis. Cet homme de l’ombre, en qui son général de l’armée du Sud Vietnam a parfaitement confiance, transmet par messages codés des informations aux communistes du Nord Vietnam.

L’intérêt du roman tient à la façon dont l’auteur présente les propos et pensées du personnage principal. Cet agent double anonyme est un parfait analyste du monde dans lequel il vit et n’hésite pas une seconde à commenter ses observations avec une grande acuité et aussi, parfois, avec un minimum de diplomatie. Les thèmes graves autant que l’humour et le cynisme ont souvent leur place, au grand plaisir du lecteur. En voici quelques passages :

« […] les mêmes hommes qui ricanent à l’idée que les licornes puissent exister croiront dur comme fer, les larmes aux yeux, dans l’existence d’une espèce encore plus rare, plus mythique, qu’on ne trouve que dans les ports les plus reculés ou dans les recoins sombres et cachés des tavernes les plus sordides : je veux parler de la fameuse prostituée au cœur d’or. Je puis vous assurer que si les prostituées ont quelque chose en or, ce n’est pas leur cœur. Que certains puissent ne pas le croire est un hommage aux grandes comédiennes. » (p.56-57)

« Je note simplement que l’apparition de prostituées indigènes au service de soldats étrangers est une conséquence inévitable de toute guerre d’occupation, un de ces vilains petits effets collatéraux de la défense de la liberté, que les femmes, sœurs, fiancées, mères, pasteurs et politiciens du fin fond de l’Amérique font tous mine d’ignorer, derrière leurs murs de sourires lustrés, en accueillant leurs soldats de retour au pays, prêts à soigner n’importe quelle maladie honteuse avec la pénicilline de la bonté américaine. » (p.57-58)

« Il avait cloué un beau tapis oriental au mur, à défaut, je suppose, d’un Oriental tout court. » (p.88)

« Une fois capturés, ces subversifs avaient une seule destination, mais nombreux étaient les chemins désagréables pour y parvenir. » (p.111)

« C’était là qu’était né le criminel de guerre Richard Nixon, et là que résidait John Wayne, un coin si férocement patriote que je pensais que l’agent orange avait été fabriqué ici, ou en tout cas baptisé en son honneur. » (p.126)

« Il parlait la bouche pleine et ouverte, envoyait de temps en temps un bout de riz sur ma joue, sur mes cils, ou dans mon propre bol, et mangeait avec un tel bonheur que je ne pus m’empêcher d’éprouver tendresse et pitié devant tant d’innocence. » (p.129)

« J’avais cru, naïvement, pouvoir détourner l’organisme hollywoodien de son objectif, la lobotomisation et le détroussement simultanés des spectateurs du monde entier. » (p.177)

« […] des pages centrales évoquaient les récents meurtres non élucidés de dissidents politiques et leurs corps criblés de balles jetés en pleine rue. Dans une situation troublante de ce genre, tous les corps criblés mènent à un cribleur en chef, le dictateur» (p.197)

« La mission d’un espion n’est pas de se cacher là où personne ne peut le voir, puisque lui-même ne pourra rien voir non plus. La mission d’un espion est de se cacher là où tout le monde peut le voir et où il peut tout voir. » (p.227)

« […] et un Blanc, grand et mince, portant un costume bleu pastel, une cravate à motifs cachemires aussi épaisse qu’Elvis Presley et une chemise couleur de l’urine après un repas d’asperges. » (p.258)

« Dans les négociations, comme dans les interrogatoires, le mensonge était non seulement acceptable, mais attendu. » (p.262)

« Elle m’insulta si copieusement, et avec une telle inventivité verbale, que je dus consulter autant ma montre que mon dictionnaire. » (p.292)

« Les journalistes sont toujours gênants quand ils sont indépendants. » (p.296)

« Je vais vous dire quel est mon rêve américain, dit-il en tenant le micro avec une délicatesse qu’on réserverait à un bâton de dynamite ». (p.302)

« Dehors s’étendrait un immense green de golf consommant plus d’eau qu’une métropole du tiers-monde, et des quatuors de banquiers virils y pratiqueraient ce sport dont la maîtrise exigeait à la fois la force brutale, et guerrière, requise pour éviscérer les syndicats et toute la finesse nécessaire à une bonne évasion fiscale. » (p.319)

« J’avais devant moi plusieurs spécimens représentatifs de la créature la plus dangereuse de tous les temps : le Blanc en costume-cravate ». (p.320)

Bonne lecture!

Titre : Le sympathisant

Auteur : Viet Thanh Nguyen

Éditions : Belfond, 2017

ISBN : 978-2-7144-7565-7

Catégories
Roman graphique

Chroniques de jeunesse

Roman graphique Chroniques de jeunesse, de Guy Delisle
Roman graphique Chroniques de jeunesse, de Guy Delisle

Quand on se promène dans le Vieux-Québec et que l’on fait un détour par les remparts dans la haute-ville, en regardant vers le club nautique, il est impossible de manquer l’énorme tour à étages de l’usine qui fût successivement appelée l’Anglo Canadian Pulp and Paper Mills en 1927, puis la Reed Paper en 1975, puis la Daishowa en 1988, la Stadacona en 2001 et depuis 2004 la White Birch.

L’immense panache de fumée qui s’échappe de cette cheminée attire immédiatement le regard, d’autant plus que les grosses usines ne sont pas très nombreuses à Québec. Avec son nouveau roman graphique « Chroniques de jeunesse », Guy Delisle nous invite à visiter l’intérieur du bâtiment au moyen d’un retour dans le passé, alors qu’il y a travaillé pendant quelques étés comme étudiant.

Le livre est encore une fois très réussi. Le style unique et sans fioritures de Guy Delisle nous amène immédiatement dans un autre monde, celui de l’étudiant qui fait des quarts de nuit dans une usine pour gagner un salaire minimum. On y rencontre les journaliers de l’époque, de même que le père de l’auteur qui a travaillé à l’usine comme dessinateur industriel pendant des décennies. L’auteur ne manque pas de souligner l’absence de communication qui existait alors entre un père et son fils, de même que les échanges assez directs qui existaient entre les journaliers et un étudiant qui faisait son possible pour apprendre sans faire trop d’erreurs.

Page du roman graphique "Chroniques de jeunesse" de Guy Delisle
Page du roman graphique “Chroniques de jeunesse” de Guy Delisle

J’aime lire des histoires vécues et j’ai apprécié le ton très humain et humoristique emprunté par Guy Delisle, que ce soit à travers ses textes ou ses illustrations. En 152 pages, le lecteur rencontre une foule de personnages intéressants et ne peut qu’être surpris par le danger qui est toujours présent dans les opérations quotidiennes à l’intérieur d’une usine telle que la White Birch.

Bref, encore une fois, Guy Delisle a relevé le défi de présenter au lecteur un roman graphique qui nous apprend quelque chose tout en nous divertissant, en s’assurant toujours d’ajouter cette touche d’humanité et d’humour qui a fait le succès de l’auteur.

Titre : Chroniques de jeunesse

Auteur : Guy Delisle

Éditions : Pow Pow

ISBN : 9782924049914

© 2021

Catégories
Comportement humain

Livre: Au nom du Japon

Livres: Au nom du Japon
Livres: Au nom du Japon

Même si la Seconde Guerre mondiale est terminée et que l’armistice est signé en 1945, quatre Japonais continuent de se cacher sur l’île de Lubang, dans les Philippines, attendant l’ordre officiel de leur supérieur de rendre les armes. Ils ont été oubliés là, dans la jungle, et continuent de survivre du mieux qu’ils le peuvent en évitant les patrouilles parties à leur recherche pour leur dire que la guerre est terminée. Ils continuent d’accumuler des informations sur l’île pour les services de renseignements en espérant être utiles au moment où aura lieu un éventuel débarquement japonais qui chassera les Américains de l’île. Les années passent et il ne restera plus qu’un seul soldat japonais, Hiro Onada, qui rendra finalement les armes en 1974, trente ans plus tard!

Le livre est une leçon de survie en milieu hostile. La discipline et la débrouillardise qui sont requises pour subsister et assurer leur sécurité sont extrêmement impressionnantes. Onada, même s’il s’est enfoncé progressivement dans une réalité alternative, fait preuve d’une ténacité absolument remarquable.

Voici un passage qui montre la réalité de la jungle : « […] Il y a également beaucoup d’abeilles sur l’île. D’immenses essaims volent dans les zones broussailleuses au pied des montagnes. J’en ai vu qui faisaient trente mètres de large et cent de long, volant ici et là avec des changements de direction imprévisibles. Si nous rencontrions l’un de ces essaims, la seule chose à faire était de retourner dans les bois ou bien, si nous n’en avions pas le temps, de nous couvrir la tête avec la toile de notre tente ou nos vêtements et de nous allonger par terre. Si nous faisions le moindre mouvement, elles passeraient à l’attaque. Nous devions respirer le plus doucement possible, jusqu’à ce que l’essaim soit passé. » (p.216)

En 1957, des bombardements dans le voisinage les rassurent que la guerre continue. Mais ce sont des exercices militaires de l’armée de l’air philippine, et non une attaque américaine.

Onada et QAnon

Au fur et à mesure que les années passent, d’innombrables occasions seront offertes aux soldats pour réaliser que la guerre est terminée. Ils auront même éventuellement accès à une radio. Peu importe : tout ce qui sera lu, entendu ou découvert par hasard ne sera, selon eux, que le fruit d’une désinformation provenant de l’ennemi.

À la lecture de cette histoire vécue, il est possible de faire un rapprochement entre le témoignage d’Onada, le guerrier japonais isolé dans sa jungle, et un adepte de QAnon : les deux ne peuvent accepter une défaite et croient en une mission presque divine. Comme le dit si bien Onada lui-même : « À cette époque, Kozuka et moi avions développé tellement d’idées fixes que nous étions incapables de comprendre tout ce qui en différait. Si quelque chose ne correspondait pas à notre vision des choses, nous l’interprétions de façon à lui donner la signification que nous voulions » (p.192).

Lorsqu’une personne est progressivement amenée à croire à une réalité alternative et qu’elle décide de s’y accrocher pour sa santé mentale ou physique, ou les deux, une même conclusion demeure : peu importe les preuves, les discours, les nouvelles réalités qui seront présentées, cette personne continuera à persister dans sa ligne de pensée. Il faudra qu’un événement dramatique se produise dans sa vie pour qu’elle décide peut-être de changer de voie et de revenir à la réalité objective.

Bonne lecture!

Titre : Au nom du Japon

Auteur : Hiro Onada (traduit par Sébastien Raizer)

Éditions : La manufacture de livres

© Hiro Onada, 1974. Réédité en 2020 pour la version française.

ISBN : 978-2-35887-268-3

Catégories
Pionniers de l'aviation

Hans Baur: J’étais le pilote de Hitler.

Couverture du livre Hans Baur: J'étais le pilote de Hitler
Couverture du livre Hans Baur: J’étais le pilote de Hitler

Le livre « J’étais le pilote de Hitler » qui relate une histoire vécue a initialement été publié en 1957. L’édition 2020 est présentée et annotée par Claude Quétel, et cela fait toute la différence. Cette fois, le lecteur comprend mieux qui est vraiment Hans Baur, un des fondateurs de la Lufthansa en 1926 et qui fût aussi le pilote de Hitler, mais également un officier nazi SS haut-gradé et un proche du Führer.

Les informations offertes par Hans Baur sont d’un grand intérêt. Il ne faut pas oublier que nous avons affaire, au début de la carrière de Hans Baur, à un pionner de l’aviation. À l’époque, les avions ne contiennent pratiquement aucun instrument de navigation aérienne pouvant aider un pilote volant dans des conditions météorologiques difficiles. Les Alpes représentent un défi par beau temps, alors on peut s’imaginer que par mauvais temps et dans un avion peu équipé, le pilotage se complique grandement. Si en plus on ajoute les conditions verglaçantes, des pannes de moteur, des cabines qui ne sont pas chauffées et qui ne sont pas équipées d’appareils fournissant de l’oxygène supplémentaire aux pilotes, il y a alors des vols qui relèvent plus de l’exploit qu’autre chose. Cet aspect du livre est donc très intéressant.

J’ai également apprécié toutes les anecdotes de Hans Baur concernant les exigences de Hitler à son égard. Être pilote pour le Führer n’était pas une mince tâche. Hitler avait de très grandes attentes face à la performance et à la ponctualité de son pilote personnel, et ce dernier a certainement démontré des capacités hors du commun pour satisfaire son supérieur.

Là où il faut être circonspect, c’est que nous avons tout de même affaire à un pilote SS, qui était membre de l’organisation nazie avant qu’Hitler ne prenne le pouvoir. Il faut s’interroger sur ses valeurs personnelles et sur ce qui est omis dans le livre. Les massacres en règle perpétrés lors de l’opération Barbarossa en Russie, ou l’élimination de six millions de Juifs ne sont pas abordés, car le pilote SS soutient qu’il ne s’est jamais occupé de politique. Il transportait les passagers sans se poser de questions, mais il avait choisi le nazisme comme mouvement politique. Quand on est quotidiennement invité à la table d’Hitler et que l’on fait donc partie de son cercle rapproché, il est clair que le nazi que représente Hans Baur s’exprime sur autre chose que le pilotage.

L’expérience vécue dans les prisons russes est décrite comme inhumaine par Hans Baur, qui a dû y séjourner dix ans. Il parle du transport de prisonniers allemands dans des wagons à bestiaux, de très mauvaise nourriture, etc. Mais je n’ai pu m’empêcher de me demander sur quelle planète il vivait pour dénoncer sa condition de prisonnier tout en passant sous silence le traitement réservé par les Allemands aux Russes et à tous les gens qui ont été déportés et massacrés. Les Einsatzgruppen  n’étaient pas des enfants de chœur. D’ailleurs, Claude Quétel relève aussi cette remarque de Hans Baur, en ajoutant que « quoique très dures, les conditions de vie et de travail dans les camps soviétiques n’ont rien à voir – comme on le lit parfois – avec celles des camps de concentration allemands » (p.381).

Il y a aussi quelques imprécisions et parfois des faussetés que Claude Quétel n’hésite pas à relever. Il s’agit parfois d’erreurs anodines résultant d’une mémoire défaillante. Par contre, d’autres faits d’importance sont carrément inexacts. Comme dans ce passage où Baur dit que Hitler a décidé d’attaquer la Russie quatre semaines avant le début de la guerre, ce qui est faux. La conquête de l’Est et d’un espace vital est spécifiquement énoncée dans Mein Kampf et on parle d’un livre écrit lorsque Hitler est en prison en 1923 à la suite d’un coup d’État manqué.

Conclusion.

Le livre « J’étais le pilote de Hitler » est un livre très intéressant, un de plus sur l’Allemagne nazie. L’histoire de l’Allemagne est fascinante et complexe, depuis l’époque du Saint-Empire romain jusqu’à aujourd’hui. Mais il semble que ce sera toujours les douze années de la période nazie qui obtiendront le plus de succès en librairie. À tort ou à raison.

Bonne lecture!

Titre : J’étais le pilote de Hitler.

Auteur : Hans Baur

Éditions : Perrin

© 2020

ISBN : 978-2-262-08168-3

Catégories
Comportement humain Géopolitique

La stupidité et le pouvoir.

Durant la période turbulente que les États-Unis traversent actuellement, il est bon de se rappeler de la Troisième Loi fondamentale de la stupidité humaine définie par Carlo M. Cipolla: « Est stupide celui qui entraîne une perte pour un autre individu ou pour un groupe d’autres individus, tout en n’en tirant lui-même aucun bénéfice et en s’infligeant éventuellement des pertes ». Les pertes peuvent être de tous genres, comme par exemple une diminution rapide de son réseau de support, une plus grande difficulté à avoir accès à des ressources financières, une perte de crédibilité ou même des poursuites civiles éventuelles face à des actes inappropriés.

Toujours selon M. Cipolla, « le potentiel dévastateur des gens stupides dépend de deux facteurs principaux. Premièrement, le facteur génétique […] et deuxièmement la position de pouvoir et d’éminence qu’il occupe dans la société» « […] Les créatures essentiellement stupides sont dangereuses et redoutables parce que les individus raisonnables ont du mal à imaginer et à comprendre les comportements déraisonnables. »

Pour en savoir un peu plus : le comportement humain.

Catégories
Photos du Canada

Une vue de Mount Robson

Une vue de Mount Robson en 2014.
Une vue de Mount Robson en 2014.

Une vue de Mount Robson en 2014 alors que nous étions en route vers le sud de la Colombie-Britannique, à destination de Kamloops. Nous avons été chanceux d’apercevoir suffisamment Mount Robson, car il y a de plus en plus de feux de forêt en été dans l’ouest du Canada et la visibilité est souvent diminuée.

Catégories
Photos du Canada

Vieux pick-ups Ford et Ford Mercury.

Camionnette Ford rouillée le long du Yellowhead highway en Colombie-Britannique.
Camionnette Ford rouillée le long du Yellowhead highway en Colombie-Britannique.
Vieux pick-up Ford et Ford Mercury le long de l'autoroute Yellowhead en Colombie-Britannique en 2014.
Vieux pick-up Ford et Ford Mercury le long de l’autoroute Yellowhead en Colombie-Britannique en 2014.

Ces deux photos de vieux pick-ups Ford et Ford Mercury furent prises en Colombie-Britannique en 2014. Nous étions sur la route entre Mount Robson et Kamloops lorsque nous avons aperçu ces camionnettes stationnées le long de l’autoroute Yellowhead. Je n’ai pu résister à prendre quelques photos qui furent ensuite transformées au moyen d’un logiciel de traitement d’image.