Archives de mot-clé : Victoria

Un environnement psychédélique pour la Bernache du Canada.

Environnement psychédélique pour une Bernache du Canada
Environnement psychédélique pour une Bernache du Canada

Le sujet principal dans la photo ci-dessus peut autant être la Bernache du Canada que la vivacité des couleurs psychédéliques entourant l’oiseau.

Avant le passage de trois oies près du Fishermen’s Wharf de Victoria, en Colombie-Britannique,  les maisons multicolores installées le long des quais se reflétaient parfaitement dans l’eau.

Au moment du passage des bernaches au-travers des reflets, des ondes et des patrons de toutes les couleurs ont soudainement été créés. La dernière oie à se présenter devant l’objectif de la caméra bénéficiait désormais des formes inusitées laissées par les oiseaux précédents. Les ondes sur l’eau n’en étaient que plus intéressantes.

La vivacité des couleurs tient au fait que les maisons étaient peintes de couleurs vives et que le soleil s’approchait de l’horizon, frappant directement les bâtiments. L’oie est positionnée selon la règle des tiers en photographie, ce qui en soit n’est pas une obligation. Les vaguelettes dans le quadrant inférieur gauche dirigent graduellement l’œil jusqu’au sujet principal.

Jouer du piano sur la plage de Willows Beach

Une jeune fille joue du piano sur la plage de Willows Beach à Victoria.
Une jeune fille joue du piano sur la plage de Willows Beach à Victoria.

La scène a été capturée sur la plage de Willows Beach à VictoriaColombie-Britannique, avec un appareil-photo plein format Canon 5DSR.

Dans plusieurs villes à travers le monde, la mode du moment est d’installer des pianos un peu partout en espérant que les citoyens et touristes n’hésiteront pas à pousser la note. Au moment où une jeune fille commençait à jouer sur un piano laissé à Oak Bay, un garçon apparaissait dans le viseur de la caméra, la tête à l’envers et installé sur l’épaule de son père. Chacun s’amuse à sa façon.

Au loin, il est possible d’apercevoir les voiliers du club nautique d’Oak Bay et les Olympic Mountains de l’État de Washington aux États-Unis.

Pour d’autres photographies de rue:

Photographie de rue

Chacun dans sa bulle dans le parc de Willows Beach

Chacun dans sa bulle dans le parc de Willows Beach, Oak Bay, Victoria
Chacun dans sa bulle dans le parc de Willows Beach, Oak Bay, Victoria

Au premier plan à droite, dans le Willows Beach Park de Oak Bay à Victoria, en Colombie-Britannique, il y a un homme totalement dans sa bulle, absorbé par sa lecture. Je l’observe depuis quelques minutes et me demande comment me positionner pour obtenir une photo intéressante.

Puis, soudainement, une bulle, bien réelle cette fois, passe devant l’objectif de la caméra. La bulle se déplace grâce aux efforts d’un enfant qui a pris place à l’intérieur. Tout près, un moniteur surveille la situation pour prévenir les accidents.

La chance doit parfois être au rendez-vous lorsque l’on fait de la photographie de rue. Pour une scène réussie, bien d’autres sont manquées. La fraction de seconde offerte au photographe pour capter une scène sortant de l’ordinaire oblige souvent d’avoir déjà certains paramètres de l’appareil-photo déjà ajustés pour la lumière ambiante et l’usage anticipé.

La photo a été prise avec un appareil-photo plein format Canon 5DSR.

Pour d’autres photographies de rue:

Photographie de rue

Une œuvre d’art laissée sur le sable de Willows Beach à Victoria, Colombie-Britannique

Oeuvre d'art sur la plage de Willows Beach, Victoria, 2014
Oeuvre d’art sur la plage de Willows Beach, Victoria, 2014

La photo ci-dessus représente un travail de création improvisée qui a été effectué sur la plage de Willows Beach à Oak Bay, une municipalité de Victoria, Colombie-Britannique. L’œuvre, créée un après-midi d’été de 2014, était légèrement en retrait sur la plage et, par chance, n’a pas été endommagée lorsque l’auteur(e) a quitté les lieux.

Cependant, en début de soirée, un groupe de jeunes a installé un filet de volleyball sur la plage, non loin de l’endroit où se trouvait cette création originale. J’ai aperçu ces yeux dans le sable au moment où je prenais une marche et, voyant le ballon de volleyball atterrir régulièrement tout près de l’œuvre, j’ai cru bon de prendre une photo pour immortaliser le travail.

Des coquillages et des roches de multiples couleurs ont été assemblés d’une main de maître pour rendre ces yeux très réalistes et pleins de vie. Il faut noter que l’artiste a même pris soin de faire un œil plus petit que l’autre, comme il se doit pour ajouter de la profondeur. Il y a même quelques coquillages blancs qui ont été ajoutés au centre des yeux, histoire de représenter les reflets et de donner toute sa force à cette création. Un vrai travail de pro!

Photographie de navires dans le détroit Juan de Fuca en Colombie-Britannique

Navire de la marine marchande dans le détroit Juan de Fuca au large de Victoria (2016)
Navire de la marine marchande dans le détroit Juan de Fuca au large de Victoria (2016)

Les amateurs de photographie savent que les plus belles heures pour exercer leur loisir sont tôt le matin ou tard en journée, mais avant l’arrivée de la nuit. C’est à ce moment que l’on bénéficie des couleurs les plus douces et souvent les plus spéciales.

La côte de l’Île de Vancouver possède ce qu’il faut pour attirer toutes les catégories de photographes: la vie sauvage abonde, le brouillard est souvent présent en matinée et en soirée au-dessus des plans d’eau et les montagnes sont visibles presque partout.

De passage en Colombie-Britannique, j’avais noté le nombre élevés de navires de la marine marchande qui circulent au large du détroit Juan de Fuca. Mais les photographier en plein jour aurait donné des photos assez moyennes. Pas facile cependant de se lever aux petites heures pour planter le trépied sur la plage; cependant, cela donne toujours des résultats intéressants.

Le seul problème pour la photographie de navires est que ces derniers circulent souvent très loin du photographe et qu’ils sont, de ce fait, minuscules et inintéressants une fois sur la photo. Cependant l’appareil-photo Canon 5DSR et son capteur plein format de 50.6 mégapixels permettent de régler ce problème : de nouvelles expériences photographiques sont alors possibles.

La scène ci-dessus a été captée à partir d’une plage de Victoria, très tôt le matin. Il fallait s’assurer de l’immobilité la plus complète de l’appareil-photo car il faudrait plus tard procéder à un recadrage très important pour agrandir le navire. La moindre vibration serait alors amplifiée par l’agrandissement et la photo deviendrait inutilisable.

Voici donc la méthode utilisée : l’ISO était réglée à 250, le trépied planté dans le sable (mais pas dans la portion du sable qui est molle sinon le trépied se serait légèrement déplacé). De plus, le déclencheur à distance a été utilisé, de même que la fonction verrouillage du miroir. Pour assurer une mise au point optimale, celle-ci a été faite de façon manuelle en utilisant Liveview à un grossissement de 16X.

Un téléobjectif Canon 70-200 f2.8L IS II USM était installé sur l’appareil-photo avec la focale à 200mm. Un filtre ND gradué était installé pour compenser la grande luminosité occasionnée par le lever du soleil derrière les montagnes. Le fait d’être tôt sur la plage permettait également de bénéficier d’un vent minimal, limitant encore davantage les chances de vibrations du trépied. J’ai effectué plusieurs clichés et choisi de conserver la photo contenant un oiseau qui passait par là, de façon à ajouter une touche de vie à la scène.

Pour d’autres photos de navires affichées sur le présent site, cliquez sur le lien suivant:

Photographie de navires

Pour d’autres photos du Canada, cliquez ici: Photos du Canada

Le Canon 5DSR et la photographie d’oiseaux : un hummingbird à Victoria

Hummingbird photographié avec un appareil-photo Canon 5DSR à Victoria, Colombie-Britannique, en 2016
Hummingbird photographié avec un appareil-photo Canon 5DSR à Victoria, Colombie-Britannique, en 2016

Le capteur plein format de 50.6 mégapixels de l’appareil-photo Canon 5DSR se révèle très utile lorsque vient le temps de faire de la photographie d’oiseaux. Il permet de recadrer une image de façon impressionnante tout en conservant la qualité initiale de la photo.

Avec un peu de patience, il a été possible de photographier un hummingbird dans un parc de Victoria en Colombie-Britannique après que celui-ci se soit finalement posé sur une branche pendant quelques secondes. Sans recadrage et en l’absence d’un téléobjectif de 500mm, il aurait été difficile de produire une image suffisamment grande et de qualité de cet oiseau de cinq centimètres.

Je me suis servi du Canon 5DSR équipé d’un téléobjectif Canon EF 70-200 f2.8L II USM. Le stabilisateur du téléobjectif était activé. L’appareil-photo était ajusté sur la priorité OUVERTURE et la mise au point sur SERVO pour assurer la netteté de l’image d’un sujet susceptible de bouger constamment.

Mais le hummingbird était tellement petit que l’autofocus passait continuellement de l’oiseau vers les feuilles des arbres. J’ai dû utiliser la mise au point manuelle et Liveview.

Une fois la photo prise et le recadrage effectué, quelques corrections quant aux contrastes et à la luminosité ont été nécessaires pour faire ressortir le plumage de l’oiseau qui était à contre-jour. Les fichiers RAW ont facilité le travail dans Photoshop.

De même, l’intensité des couleurs de l’arrière-plan a été corrigée pour éviter de faire concurrence au sujet principal. La photo initiale, en mode paysage, a par la suite été changée pour le mode portrait, ce qui a permis d’exclure beaucoup de branches inutiles autour de l’oiseau. Ces branches étaient imposantes et attiraient l’attention.
Naturellement, la profondeur de champ choisie faisait en sorte que l’arrière-plan soit flou afin que ce soit le sujet principal qui attire l’attention.

Le Twin Otter Series 400 de la compagnie Viking à Victoria en Colombie-Britannique

Twin Otter Series 400 stationné à Victoria, Colombie-Britannique, en 2016
Twin Otter Series 400 stationné à Victoria, Colombie-Britannique, en 2016

De passage à Victoria en 2016, j’en ai profité pour visiter les installations de Viking Air Ltd, la compagnie canadienne qui produit aujourd’hui le fameux Twin Otter Series 400. Cette compagnie est passablement méconnue des Canadiens car sa production est pratiquement toute destinée à l’exportation. Sur les cent avions construits jusqu’à présent, seulement deux ont été achetés par une compagnie canadienne. Viking assure également le service pour les Twin Otter des séries 100 à 300 en activité à travers le monde.

Au premier plan, un Twin Otter Series 400 fabriqué par Viking à Victoria, Colombie-Britannique. Au second plan, un bombardier d'eau CL-215 récemment acquis par Viking et qui sera possiblement modifié en CL-415.
Au premier plan, un Twin Otter Series 400 fabriqué par Viking à Victoria, Colombie-Britannique. Au second plan, un bombardier d’eau CL-215 récemment acquis par Viking et qui sera possiblement modifié en CL-415.

Début 2016, Bombardier et Viking ont conclu une entente commerciale qui fait en sorte que c’est maintenant Viking qui est le nouveau propriétaire des brevets et plans de fabrication des bombardiers d’eau CL-215 et CL-415. Viking s’occupe non seulement du service pour les aéronefs existants mais évalue également la possibilité de relancer la production de ces appareils. Tout dépendra de la demande. Mais avec des conditions météorologiques de plus en plus extrêmes qui favorisent un nombre accru de feux de forêts dévastateurs, il est permis de croire que nous verrons d’ici quelques années les premiers bombardiers d’eau fabriqués par Viking.

À Victoria, un Twin Otter Series 400 sur flotteurs fabriqué par Viking a été acheté par Reignwood Air. Il est prêt à être livré en Chine (2016).
À Victoria, un Twin Otter Series 400 sur flotteurs fabriqué par Viking a été acheté par Reignwood Air. Il est prêt à être livré en Chine (2016).

Avec les changements actuellement en cours dans la règlementation en Chine, Viking est confiant de voir augmenter ses commandes de Twin Otter Series 400 sur flotteurs. La compagnie recevra en 2016, à leurs installations de Victoria, le premier simulateur de vol essentiellement destiné à la formation de pilotes opérant le Twin Otter sur flotteurs.

Un Twin Otter Series 400 de Viking, à Victoria, prêt à être livré en Russie
Un Twin Otter Series 400 de Viking, à Victoria, prêt à être livré en Russie

Pour l’instant, la Russie demeure le plus important client de Viking, malgré quelques soubresauts reliés à la crise politique entre ce pays et l’Ukraine et la dévaluation du rouble qui ont forcé un ralentissement de la cadence de production des appareils destinés aux compagnies russes. La situation se stabilisant au niveau politique, l’embauche a repris chez Viking et le nombre d’employés atteindrait aujourd’hui au moins 350 employés, si ma mémoire est bonne.

Turbo Otter DHC-3T C-GVTO à Victoria, Canada, en 2016
Turbo Otter DHC-3T C-GVTO à Victoria, Canada, en 2016

La plupart des Canadiens ignorent aujourd’hui qu’une compagnie canadienne a repris la production des fameux Twin Otter et se prépare possiblement à relancer la production des CL-415. Plusieurs associent Viking à une compagnie qui transporte des passagers dans la région de Vancouver. Entretemps, quelques CL-215s récemment acquis par Viking seront possiblement convertis dans la version plus puissante du CL-415. Il ne faudra cependant qu’une bonne commande de Harbour Air ou d’une autre compagnie canadienne bien connue pour que le nom de Viking devienne aussi connu que celui de Bombardier ou De Havilland.

Pour d’autres articles sur la photographie et l’aviation, cliquez sur le lien suivant: photographie aviation