Catégories
Roman graphique et bandes dessinées

Le roman graphique Jours de sable

Le roman graphique "Jours de sable" par Aimée de Jongh.
Le roman graphique « Jours de sable » par Aimée de Jongh.

Le roman graphique « Jours de sable » se veut un rappel historique du fameux Dust Bowl qui a frappé le centre des États-Unis entre 1930 et 1940. Ce furent dix années de misère qui inspirèrent John Steinbeck   pour son œuvre « Les raisins de la colère».

Les tempêtes de sable et de poussière qui ont envahi une partie de l’Oklahoma, du Kansas, du Texas, du Nouveau-Mexique et du Colorado provenaient d’une multitude de causes combinées, dont la surutilisation du sol par les agriculteurs et des sécheresses à répétition.

Le Dust Bowl américain
Le Dust Bowl américain

En rajoutant les facteurs liés à la crise économique et aux multiples épidémies, on peut comprendre l’exode massif des ménages américains. Ils laissèrent tout derrière eux, incluant plusieurs membres de leur famille décédés des suites de complications respiratoires dues à la poussière. La plupart se dirigèrent vers la côte ouest, mais cet afflux important de la population ne fit qu’augmenter le chômage déjà présent dans cette région.

Une planche du roman graphique Jours de sable
Une planche du roman graphique Jours de sable

Le plus étrange, c’est que des décennies plus tard, les changements climatiques https://www.un.org/fr/climatechange/what-is-climate-change  vécus aujourd’hui dans ces mêmes états pourraient aider à la répétition du phénomène, sans qu’il couvre nécessairement une période aussi longue.

L’autrice Aimée de Jongh met en scène des personnes fictives, mais le scénario respecte la réalité vécue par la population. Dans son histoire, un jeune photographe quitte New York en 1937 avec le mandat d’aller faire un reportage sur le Dust Bowl. On lui a indiqué les sujets à couvrir, mais il prend conscience assez vite qu’il a affaire à un drame humain aux proportions insoupçonnées.

Le personnage principal du roman graphique tente de faire son travail dans la tempête de sable
Le personnage principal du roman graphique tente de faire son travail dans la tempête de sable

De demander à des gens qui souffrent et qui ont tout perdu de prendre la pose pour des médias de New York ne s’avère pas aussi simple qu’il l’avait cru. La situation se complique encore davantage lorsqu’il apprend à connaître ces personnes et qu’il peut lui-même expérimenter leurs difficultés.

En plus des cases habilement dessinées qui font le régal du lecteur, ce dernier a accès à de nombreuses photos d’époque glanées dans plusieurs musées, ainsi qu’à du contenu historique officiel. J’ai adoré ce bouquin gagnant de plusieurs prix en Europe.

Cliquez sur le lien pour d’autres romans graphiques et bandes dessinées sur mon blogue.

Titre : Jours de sable

Autrice : Aimée de Jongh

Éditions : Dargaud, 2022

ISBN : 978-2-5050-8254-5

Catégories
Photos du Canada Photos du Québec

Photographie dans le parc national de la Jacques-Cartier.

Les premières neiges dans le parc national de la Jacques-Cartier, 2023.
Les premières neiges dans le parc national de la Jacques-Cartier, 2023.
Jacques-Cartier National Park during a light snow shower, Québec 2023.
Jacques-Cartier National Park during a light snow shower, Québec 2023.

Chaque semaine qui passe provoque un léger changement dans la végétation et le couvert neigeux du parc national de la Jacques-Cartier. En début de semaine, j’y étais au moment où une faible neige tombait sur la région. La glace ne recouvre pas encore entièrement la rivière, mais on peut voir sur la première photo qu’elle entoure désormais les roches au centre du cours d’eau.

Cliquez sur le lien pour d’autres photos de la province de Québec sur mon blogue.

Catégories
Roman graphique et bandes dessinées

Environnement toxique

Environnement toxique par Kate Beaton
Environnement toxique par Kate Beaton

Pour payer ses dettes d’études rapidement, Kate Beaton, une jeune résidente de la Nouvelle-Écosse, décide en 2005 d’aller travailler dans le nord de l’Alberta pour les compagnies pétrolières exploitant les sables bitumineux. À l’époque, ce voyage vers l’ouest avait la cote auprès des Canadiens cherchant un emploi lucratif. Elle quitte donc les paysages paradisiaques du Cap-Breton pour plonger dans l’univers de Syncrude et Shell à Fort McMurray.

Elle réalise alors ce que constitue la vie sur des chantiers occupés en majorité par des hommes loin de leur famille, dont plusieurs démontrent des problèmes de comportement. Peu importe l’endroit où elle se trouve, elle subit du harcèlement sous forme de remarques désobligeantes, d’insultes, et éventuellement le personnel en vient à des agressions sexuelles.

Pour ces travailleuses, la solitude et la survie prennent une tout autre signification que pour le reste des employés masculins de ces postes isolés.

Étant pourvue de multiples talents, dont ceux de raconteuse et dessinatrice, Kate Beaton publie en 2023 un roman graphique décrivant ce qu’elle a vécu. Elle dénonce « un système éprouvant et complexe, qui exploite aussi froidement les ressources naturelles que les êtres humains ».

« Environnement toxique » porte moins sur la destruction d’un habitat causée par l’exploitation des sables bitumineux que sur le milieu de travail toxique que doivent endurer le peu de femmes œuvrant sur ces chantiers.

Le Time Magazine, The Guardian et The New Yorker ont salué ce roman graphique gagnant du concours Canada Reads 2023. Il est paru en anglais sous le titre « Ducks », probablement pour rappeler tous ces canards englués dans le pétrole qui avaient fait la manchette à l’époque.

Cliquez sur le lien pour d’autres romans graphiques sur mon blogue.

Bonne lecture !

Titre : Environnement toxique

Autrice : Kate Beaton

Éditions : Casterman

© 2023

ISBN : 978-2-203-24223-4

Catégories
Environnement Renseignement

La Terre a soif.

La Terre a soif, par Erik Orsenna.
La Terre a soif, par Erik Orsenna.

J’apprécie Erik Orsenna pour son érudition, sa pensée cartésienne, sa poésie et sa capacité à rechercher le détail qui amusera le lecteur tout en l’informant. Dans son livre, l’auteur aborde avec un même confort une grande variété de thèmes portant sur l’histoire, la religion, la philosophie, l’environnement, les changements climatiques, les énergies renouvelables, la science pure, la politique et l’économie.

Étant d’abord un homme de terrain, il a rapidement reconnu la nécessité de développer et conserver des contacts politiques dans de très nombreux pays de façon à faciliter ses déplacements dans des zones souvent considérées comme problématiques. Le lecteur bénéficie de ces accès privilégiés.

Dans la « La Terre a soif », il nous présente le portrait de trente-trois fleuves à travers le monde. La liste n’est bien sûr pas exhaustive, car pressé par l’éditeur après des années de voyage et d’observations, il a bien fallu qu’il finisse par pondre son bouquin. Je sais bien que si cela ne tenait que de lui, il serait encore sur la route à accumuler des informations toutes plus intéressantes les unes que les autres.

Voici quelques-uns des fleuves dont il est question dans ce livre: Mississipi, St-Laurent, Nil, Loire, Congo, Gange, Mékong, Colorado et même les deux fleuves de Panama. Le plus petit des fleuves mentionnés dans le livre coule en Bretagne et se nomme Trieux, alors que le plus important est l’Amazone au Brésil.

Avec certains pays plus puissants comme la Chine ou Israël, la négociation pour l’administration équitable d’un cours d’eau s’avère difficile. Les barrages construits réduisent le débit en aval et les plus petits pays environnants s’arrangent avec ce qui reste. La captation des eaux assèche aussi les terres sur de grandes distances, affectant la production agricole.

Le transport maritime local doit également s’adapter à la diminution du débit, par exemple pour le canal de Panama : « Le manque d’eau, c’est justement la grande crainte de Panama. On se rappelle que le cœur du canal est le grand lac Gatún. S’il s’asséchait, les bateaux buteraient sur des rochers et du sable : ils ne pourraient plus transporter leur cargaison d’une mer à l’autre. Les camions devraient prendre le relais » (p.242).

À l’opposé, l’auteur montre qu’il y a moyen de gérer un important cours d’eau en en faisant bénéficier les pays riverains et cite en exemple la gestion du fleuve St-Laurent par les États-Unis et le Canada.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser quand il s’agit de traiter d’environnement et de rareté de l’eau, tout n’est pas que négatif dans ce livre. Au contraire, Erik Orsenna a compris que le lecteur en a un peu marre des propos alarmistes. L’auteur a donc conçu un bouquin très bien balancé où il est possible de faire évoluer la pensée du lecteur sans que ce dernier sente le besoin de prendre un antidépresseur à chaque chapitre.

Cliquez sur le lien pour d’autres livres portant sur l’environnement et la géopolitique dans mon blogue.

Titre : La Terre a soif

Auteur : Erik Orsenna

Éditions : Fayard

© 2022

ISBN : 978-2-213-72075-3

Catégories
Environnement Tragédie en mer

À la poursuite du Thunder.

Récit d'investigation "À la poursuite du Thunder".
Récit d’investigation « À la poursuite du Thunder ».

Ce livre plaira à coup sûr aux amateurs d’histoires vécues. « À la poursuite du Thunder – l’histoire de la plus longue traque navale de tous les temps » nous accroche rapidement surtout du fait qu’il s’agit d’une première dans l’histoire maritime. Les auteurs de ce récit d’investigation, deux journalistes expérimentés du nom de Eskil Engdal et Kjetil Saeter, prennent de nombreux risques pour obtenir des informations cruciales permettant de mieux saisir l’ampleur du vol des ressources halieutiques en Antarctique.

Cette pêche illégale est une affaire de gros sous où la mafia, surtout espagnole, n’hésite pas à ordonner que l’on coupe les filets de pêche ou que l’on coule tout simplement un chalutier pour empêcher l’obtention de preuves. Cliquez sur le lien pour un vidéo de cet accident maritime.

La poursuite a lieu dans des eaux inhospitalières et s’étale sur plusieurs mois et sur plus de 15,000 kilomètres alors que l’on suit en parallèle l’histoire de plusieurs membres de l’équipe de poursuite autant que celle des pêcheurs illégaux.

On y discute de dilapidation des ressources, de la législation laxiste concernant la pêche illégale en eaux internationales, des méthodes que les criminels utilisent pour faire disparaître l’immatriculation des bateaux dans les registres, du manque de courage politique au niveau international, de l’omerta qui règne dans les villages d’où partent les pêcheurs illégaux, du blanchiment d’argent et d’esclavage moderne.

Le capitaine du Thunder fait tout en son pouvoir pour échapper aux poursuivants. Cette fuite le mène à emprunter des passages très risqués à travers les glaces dans l’espoir que le navire de poursuite n’osera pas s’y aventurer. Il dirige aussi à l’occasion son bateau vers des zones où la force des vagues risque de détruire le navire de poursuite. Le capitaine Peter Hammerstedt du navire de poursuite Bob Barker ne recule devant aucun des obstacles posés sur son chemin au cours des mois où dure la poursuite. Il fait preuve d’une détermination qui exaspère au plus haut point l’équipage du Thunder.

Le polar écologique Chasing the Thunder a été projeté en 2019 lors de la conférence mondiale sur la biodiversité.

En mars 2023, plus de cent pays ont signé un traité sur la diversité en haute mer, après quinze ans d’efforts. Greenpeace a salué le traité, mais exige que cela se traduise en action…

La lecture de ce seul livre permet au lecteur de s’éveiller à de nombreux aspects jusqu’alors très peu médiatisés de la pêche illégale en haute mer, le tout dans un contexte d’une traque unique dans l’histoire de la navigation maritime.

Cliquez sur les liens pour d’autres livres portant sur l’environnement, la géopolitique, les tragédies en mer ou les sujets controversés sur mon blogue.

Titre : À la poursuite du Thunder

Auteurs : Eskil Engdal et Kjetil Saeter

© Actes Sud, 2021 pour la traduction française

ISBN : 978-2-330-14724-2

Catégories
Photographie

Un Grand Pic au travail à Québec

Grand Pic au travail sur un arbre à Québec
Grand Pic au travail sur un arbre à Québec

Le Grand Pic a une taille de 48 centimètres. Le travail qu’il effectue sur cet arbre de Sillery, à Québec, occasionne des dommages sur plus d’un mètre de longueur. Mais l’arbre était déjà mal en point, l’oiseau choisissant naturellement les troncs les plus faciles à perforer. Disons seulement qu’après le passage de ce Grand Pic, le propriétaire devra se résoudre à faire élaguer son arbre pour plus de sécurité.

Copeaux de bois résultant du travail d'un Grand Pic
Copeaux de bois résultant du travail d’un Grand Pic

Ci-dessus un aperçu des copeaux de bois qui s’amassent au bas de l’arbre alors que s’active le Grand Pic.

Cliquez sur le lien pour d’autres photos de Québec en hiver sur mon blogue

Catégories
Environnement Photos du Québec

Vague de chaleur à Québec en décembre 2022.

Le réchauffement global nous affecte tous.
Le réchauffement global nous affecte tous.

Fin décembre 2022. Il fait chaud à Québec. La ville a d’abord été balayée par une tempête qui a laissé des centaines de milliers de Québécois sans électricité, certains durant plus d’une semaine. Une vague de chaleur a par la suite envahi la province de Québec pendant plusieurs jours.

Un aspect positif de cet apport d’air chaud est qu’il a fait fondre l’épaisse couche de glace et de neige accumulée sur les toits des maisons au cours de la tempête du 23 décembre, remettant le compteur à zéro pour la portion restante de l’hiver à venir.

Mais pour ce qui est des sports d’hiver, c’est une autre histoire. Il fallait se promener en ville la dernière journée de 2022 pour constater les changements subis en seulement quelques jours.

Passant près de la patinoire publique entretenue par la municipalité sur le Parc des Champs-de-Bataille, j’ai saisi cette photo qui résume bien la situation : une pluie chaude qui tombe sur la neige et accélère la fonte au point où un épais brouillard s’installe, des flaques d’eau de plusieurs centimètres d’épaisseur recouvrant une couche de glace.

J’utilise d’ailleurs cette eau pour ajouter les reflets des patineurs dans la composition photographique. Heureusement pour eux, les sportifs bénéficient d’une patinoire mécaniquement refroidie pour continuer à pratiquer leur activité préférée.

Cliquez sur le lien pour d’autres photos de Québec en hiver sur mon blogue.

Catégories
Photos du Québec

Les mosaïcultures de Québec 2022

Girafe aux Mosaïcultures de Québec en 2022
Girafe aux Mosaïcultures de Québec en 2022

L’exposition des mosaïcultures de Québec 2022, intitulée « Il était une fois… la Terre », se termine dans quelques jours, après avoir connu un franc succès tout au long de l’été.

Deux éléphants aux Mosaïcultures de Québec 2022
Deux éléphants aux Mosaïcultures de Québec 2022

Plus de six millions de végétaux ont servi à la construction de 200 animaux et d’insectes dans le Bois-de-Coulonge, sans compter les fleurs présentes tout au long du parcours pour enjoliver encore davantage le circuit.

Quatre zèbres aux Mosaïcultures de Québec 2022
Quatre zèbres aux Mosaïcultures de Québec 2022

En quelques mois, des centaines de milliers de visiteurs auront parcouru le circuit d’une durée de 90 minutes pour visiter la plus importante édition des mosaïcultures depuis sa création en 2000 à Montréal. À Québec, plus de 80% des œuvres étaient inédites.

Apiculteur et ses abeilles aux Mosaïcultures de Québec 2022
Apiculteur et ses abeilles aux Mosaïcultures de Québec 2022

Il a fallu préparer le terrain neuf mois d’avance. L’arrosage intensif devenant obligatoire, la ville de Québec a modifié temporairement son règlement d’arrosage, expliquant qu’il s’agissait d’une exposition et non d’une production horticole.

L'homme qui plante un arbre aux Mosaïcultures de Québec 2022
L’homme qui plante un arbre aux Mosaïcultures de Québec 2022

Ci-dessus, un berger plante un arbre dans un endroit qui semble très peu fertile, indiquant du même coup la nécessité de ne pas abandonner face aux difficultés quand il s’agit de sauver la planète.

Ces mosaïcultures de Québec 2022 auront constitué un autre attrait touristique majeur pour la ville de Québec, après une cascade d’autres événements estivaux. En fait, il y a eu des périodes où tellement d’activités touristiques se chevauchaient en même temps, que les résidents et touristes devaient obligatoirement faire des choix. Un rebond spectaculaire après une pandémie qui a forcé la population à des sacrifices pendant deux ans!

Cliquez sur le lien pour d’autres photos de Québec en été sur mon blogue.

Catégories
Photographie

Un merle d’Amérique chanceux.

Un merle d'Amérique et son oisillon à Sillery, Québec.
Un merle d’Amérique et son oisillon à Sillery, Québec.

À Québec, un merle d’Amérique est venu faire son nid près de notre porte arrière. Depuis le temps qu’il était là à couver sans donner naissance à quoi que ce soit, nous commencions à croire que la mère était stérile.

De gros travaux de construction devaient commencer sous peu à notre domicile et durer quelques semaines. Nous étions presque satisfaits qu’aucun oisillon ne soit né, car cela simplifierait le transport des matériaux.

Une journée avant le début des rénovations, un premier oisillon a donné signe de vie. Il faudrait désormais bloquer le passage à tous les travailleurs de construction et leur demander de faire un détour chaque fois qu’ils avaient besoin de sortir des rebuts de la maison ou entrer du matériel neuf.

Tous les groupes de travailleurs ont accueilli notre demande sans rechigner. Pendant deux semaines, les électriciens, plombiers, poseurs de plancher, livreurs et installateurs de toutes sortes se sont succédé en demandant parfois des nouvelles sur l’état de la mère et de ses oisillons.

À Québec, trois merles d'Amérique âgés d'environ deux semaines.
À Québec, trois merles d’Amérique âgés d’environ deux semaines.

La photo ci-dessus montre les trois oisillons une journée avant qu’ils ne prennent leur envol. Le manque de lumière lié à l’emplacement du nid, de même que le désir de ne pas déranger les oisillons a nécessité l’emploi d’un téléobjectif performant et d’un appareil-photo capable d’offrir un recadrage sans perte de qualité. Un appareil-photo plein format Canon 5DSR muni d’un téléobjectif Canon 70-200 f2.8L IS II USM a facilité l’opération. L’ISO était réglé à 200 et j’ai fortement limité la profondeur de champ afin d’obtenir la meilleure vitesse d’obturation possible pour éviter le flou de bougé.

Ce matin, tous les oiseaux avaient quitté le nid. Les parents volaient autour nerveusement, attaquant les prédateurs pendant que les petits apprenaient rapidement à devenir autonomes. Le geai bleu qui nous visite régulièrement pour son « plat du jour » s’est vu interdire l’accès à la cour arrière par les deux parents.

Il y a désormais trois nouveaux merles dans le secteur et il est quasi certain que la mère reviendra l’année prochaine au même endroit, étant donné le succès remporté cette année.

Cliquez sur le lien pour d’autres photos de Québec en été sur mon blogue.

Catégories
Environnement

La popularité du plastique

Ancienne publicité sur l'utilité du plastique.
Ancienne publicité sur l’utilité du plastique.

Les temps changent et le plastique est en perte de vitesse à cause de son effet sur l’environnement. Il y a cependant une époque où c’était tout le contraire et où l’on vantait le futur prometteur (avec raison d’ailleurs!) du plastique. Ci-dessus, vous pouvez voir la photo d’une vieille publicité avec un message bien différent de ce que l’on entend aujourd’hui. On propose même de vous enseigner comment vous servir du plastique à la maison!