Archives de mot-clé : Vlad Maly

Perdre les quatre moteurs sur un C-130 Hercules en simulation de vol

Le C-130 virtuel des Blue Angels circule à l'aéroport de High River, en Alberta.
Le C-130 virtuel des Blue Angels circule à l’aéroport de High River, en Alberta.

Dans le but de rajouter un vol pratiquement impossible dans la section des vols insensés de mon site web, j’ai tenté une panne graduelle des quatre moteurs du C-130 (Captain Sim) des Blue Angels.

Le C-130 Hercules des Blue Angels en attente derrière un monomoteur à l'aéroport de High River.
Le C-130 Hercules des Blue Angels en attente derrière un monomoteur à l’aéroport de High River.

Je sais que les mécaniciens des Blue Angels sont des professionnels, alors j’assume dès lors que la panne a été causée par une raison indépendante de cette équipe.

Décollage du Lockheed C-130 Hercules des Blue Angels de l'aéroport canadien de High River (CEN4) en Alberta.
Décollage du Lockheed C-130 Hercules des Blue Angels de l’aéroport canadien de High River (CEN4) en Alberta.

Le décollage se fait sans problème de l’aéroport canadien de High River (CEN4), un aéroport gratuit conçu par Vlad Maly et disponible chez ORBX. L’avion quitte la piste de 4150 pieds à destination de l’aéroport de Cœur d’Alène (KCOE) aux États-Unis.

Le premier moteur lâche. Ça ne cause pas de problème important. Mise en drapeau et la montée graduelle continue.

Le C-130 Hercules perd un premier moteur.
Le C-130 Hercules perd un premier moteur.

Le deuxième moteur s’arrête. Il faut oublier la destination initiale. Le déroutement se fera vers Bonners Ferry (65S) car la piste de 4000 pieds par 75 pieds de large est suffisante pour le C-130.

Le deuxième moteur vient de s'arrêter sur le C-130 Hercules.
Le deuxième moteur vient de s’arrêter sur le C-130 Hercules.
Double panne de moteurs sur le C-130 Hercules virtuel des Blue Angels.
Double panne de moteurs sur le C-130 Hercules virtuel des Blue Angels.

Le troisième moteur lâche. Une lente descente débute. Bonners Ferry n’est plus bien loin. L’aéroport est à une altitude de 2337 ft asl.

L’avion est volontairement piloté à une altitude un peu trop haute pour une approche normale, au cas où le quatrième moteur s’arrête. Quand trois moteurs s’arrêtent après le même plein d’essence, le pilote est autorisé à penser que ce qui alimente le quatrième moteur risque également de causer des problèmes.

Trois pannes de moteur sur ce C-130 Hercules virtuel des Blue Angels.
Trois pannes de moteur sur ce C-130 Hercules virtuel des Blue Angels.

Les montagnes les plus importantes sont maintenant passées.

Avion virtuel C-130 Hercules avec trois moteurs en panne en route vers l'aéroport de Bonners Ferry.
Avion virtuel C-130 Hercules avec trois moteurs en panne en route vers l’aéroport de Bonners Ferry.

La piste de Bonners Ferry (65S) est en vue.

Avion virtuel C-130 Hercules avec trois moteurs en panne, par le travers de la piste de Bonners Ferry.
Avion virtuel C-130 Hercules avec trois moteurs en panne, par le travers de la piste de Bonners Ferry.

Le quatrième moteur s’arrête. Les volets ne sont plus fonctionnels pour l’atterrissage.

Dès maintenant, il faut sauvegarder le vol virtuel à quelques reprises parce qu’il est possible que plusieurs tentatives d’atterrissage soient effectuées en vol plané. De là vient le plaisir du vol virtuel.

Les quatres moteurs sont maintenant en panne sur ce C-130 virtuel.
Les quatres moteurs sont maintenant en panne sur ce C-130 virtuel.

Le C-130 Hercules est désormais un gros planeur. Quand la même vitesse est conservée, l’avion perd un peu plus de 1000 pieds à la minute. L’inertie est importante.

Les roues ne seront sorties qu’au moment nécessaire car le train d’atterrissage augmente passablement la traînée.

De la position indiquée dans la photo ci-dessous, il est impossible d’arriver directement en ligne droite, l’avion passera au-dessus de la piste. L’avion semble pourtant à une altitude intéressante, mais il s’agit d’une illusion causée par le choix du format grand angle pour la capture d’écran.

L’avion est définitivement trop haut. Et impossible d’utiliser les volets pour augmenter le taux de descente.

Avion Lockheed C-130 Hercules virtuel avec quatre moteurs en panne en approche pour l'aéroport virtuel de Bonners Ferry (65S).
Avion Lockheed C-130 Hercules virtuel avec quatre moteurs en panne en approche pour l’aéroport virtuel de Bonners Ferry (65S).

Il faut choisir entre 1) des glissades sur l’aile 2) un virage de 360 degrés pour perdre de l’altitude ou 3) des virages à grande inclinaison en direction de la piste pour augmenter la distance à parcourir.

Quel serait votre choix?

Il n’y a jamais de méthode universelle. Le virage de 360 degrés est le plus risqué mais il peut s’avérer nécessaire. Cela a réussi au commandant Robert Piché aux Açores en 2001 avec son Airbus A330-200 en vol plané). Mais ici, je ne crois pas avoir suffisamment d’altitude en réserve pour compléter le 360 et atteindre la piste.

Il faudra plutôt faire quelques zigzags à grande inclinaison pour rallonger le trajet vers la piste. Pourquoi à grande inclinaison? Pour éviter de trop se rapprocher de l’aéroport tant que l’altitude n’est pas acceptable. Cette méthode devrait permettre de garder un œil en tout temps sur la piste pour vérifier si la pente est toujours bonne pour planer jusqu’à l’aéroport.

Virage de 40 degrés vers la droite en approche pour Bonners Ferry.
Virage de 40 degrés vers la droite en approche pour Bonners Ferry.
Virage grande inclinaison à gauche pour rallonger la distance vers l'aéroport de Bonners Ferry.
Virage grande inclinaison à gauche pour rallonger la distance vers l’aéroport de Bonners Ferry.

J’ai essayé les trois méthodes, toujours à partir du même vol sauvegardé (photo 10). Malgré plusieurs glissades sur l’aile, l’avion se rapproche trop vite de la piste et la vitesse finale se révèle trop élevée pour arrêter un C-130 sans volets ni inverseurs de poussée.

Le virage de 360 degrés, qu’il soit à droite ou à gauche, avec des angles différents et une vitesse raisonnable, fait perdre trop d’altitude à l’appareil. Indéniablement, l’aéronef se présentait toujours entre 200 et 300 pieds avant le seuil de piste.

Finalement, après quelques virages à grande inclinaison, l’avion a été positionné en finale avec la bonne vitesse et la bonne altitude.

Vue du Lockheed C-130 Hercules avec quatre moteurs en panne, en approche pour Bonners Ferry (65S).
Vue du Lockheed C-130 Hercules avec quatre moteurs en panne, en approche pour Bonners Ferry (65S).

Quelques ajustements à la dernière seconde, pour se réaligner au centre de la piste.

Vitesse 150 noeuds. Fin de virage vers Bonners Ferry.
Vitesse 150 noeuds. Fin de virage vers Bonners Ferry.

À 140 kts, mais sans inverser la poussée, toute la piste devrait être nécessaire pour arrêter l’appareil.

Vitesse 140 noeuds, enligné avec la piste de Bonners Ferry.
Vitesse 140 noeuds, enligné avec la piste de Bonners Ferry.

L’atterrissage s’est fait en douceur et l’aéronef s’est immobilisé un peu avant la fin de la piste.

Pour une raison que j’ignore, l’anémomètre indiquait toujours une dizaine de nœuds même lorsque l’avion était arrêté.

Avion-cargo C-130 immobilisé sur la piste de Bonners Ferry.
Avion-cargo C-130 immobilisé sur la piste de Bonners Ferry.
Avion Lockheed C-130 Hercules virtuel après l'atterrissage à l'aéroport de Bonners Ferry (65S).
Avion Lockheed C-130 Hercules virtuel après l’atterrissage à l’aéroport de Bonners Ferry (65S).
Avion C-130 Hercules immobilisé sur la piste de Bonners Ferry.
Avion C-130 Hercules immobilisé sur la piste de Bonners Ferry.

Essayez ce genre de vol en mode virtuel! Le pire qui puisse arriver est que vous ayez du plaisir!

Pour d’autres vols virtuels insensés, cliquez ici:

Vols virtuels insensés

Simulation de vol: le Cessna 185F C-GNWA de North-Wright Airways Ltd

Cessna 185F virtuel C-GNWA en finale pour Roberts Lake (CRL8) en Ontario
Cessna 185F virtuel C-GNWA en finale pour Roberts Lake (CRL8) en Ontario

Ce Cessna 185F virtuel est actuellement en finale pour Roberts Lake (CRL8) en Ontario. À cause des vents dominants au moment du vol, j’ai dû faire une approche basse au-dessus de la piste de l’aéroport de Parry Sound (CNK4). La météo réelle était téléchargée de l’internet.

Comme vous pouvez le constater, il y avait de la mauvaise météo près de l’aéroport. Considérant la nuit qui approchait, ce fût le dernier vol de la soirée.

C-GNWA appartient à la compagnie North-Wright Airways Ltd, basée à Norman Wells dans les Territoires du Nord-Ouest. Ce Cessna 185F a été construit en 1977.

FSX est la plateforme de simulation de vol qui a été utilisée. Les nuages virtuels sont une combinaison de REX (Texture Direct et Soft Clouds) et Cumulus X. La capture d’écran a été légèrement éditée au moyen d’un logiciel de traitement de l’image de façon à optimiser les contrastes et la luminosité.

Vlad Maly, qui est décédé en 2016, était le créateur de cette scène virtuelle combinant Parry Sound et Roberts Lake. Elle est vendue par la compagnie Orbx.

Pour d’autres articles dans la catégorie “Simulation de vol”, cliquez sur le lien suivant : Simulation de vol

Simulation de vol: FSX, FSGRW et REX combinés pour ce vol virtuel

C182T au décollage de l'aéroport de Parry Sound en Ontario, Canada.
C182T au décollage de l’aéroport de Parry Sound en Ontario, Canada.

Pour célébrer les couleurs de l’automne, voici une capture d’écran d’un C-182T de A2A Simulations au décollage de l’aéroport de Parry Sound (CNK4) en Ontario, Canada.

L’aéroport est une création de Vlad Maly, pour ORBX. Le moteur météo FSGRW a été utilisé pour suivre la météo réelle ayant cours dans la Baie Georgienne. REX Texture Direct était également de la partie pour les textures de nuages.

La capture d’écran de ce vol virtuel a été légèrement retouchée au moyen d’un logiciel photo afin d’ajouter un peu plus d’intensité à la scène automnale.

Pour d’autres articles dans la catégorie “Simulation de vol”, cliquez sur le lien suivant : Simulation de vol

Simulation de vol: le planeur DG-808S au-dessus des lacs et forêts du Canada

Dans la section « simulation de vol », sous « vols virtuels exigeants

Vols virtuels exigeants

», vous trouverez  la séquence de captures d’écran représentant le planeur DG-808S de DG Flugzeugbau. Le vol se fait à partir de l’aéroport de Parry Sound, en Ontario (CNK4). La scène utilisée provient d’ORBX et a été conçue par Vlad Maly.

La commande CTRL+SHFT+Y fera en sorte qu’un avion apparaisse et qu’un câble relie l’avion et le planeur. Une fois en vol, la commande SHFT+Y brisera le lien entre l’avion et le planeur. Il est plus exigeant de faire un vol de planeur dans la région de Parry Sound car si vous vous éloignez suffisamment de l’aéroport, vous n’avez plus vraiment d’options pour atterrir facilement dans un champ ou sur une route en cas d’absence de courants thermiques appropriés. Il n’y a que des lacs et des forêts. La vue est intéressante, mais vous volez avec la sensation qu’il n’y a pas vraiment de plan B. Si le pilote est pris pour descendre, le planeur a davantage de chances de se retrouver dans la flotte ou dans les arbres.

Le DG-808S peut atteindre une vitesse de 146 kT et plane avec un ratio de 50 :1. Il s’agit d’un planeur de haute performance. Il peut transporter 343 livres d’eau à être utilisés comme ballast. Dans la vraie vie, le pilote utilise le montant d’eau nécessaire en fonction des conditions météo actuelles et prévues. Si les courants thermiques sont faibles, le planeur se débrouille très bien sans ballast. Si les courants thermiques sont forts, il emporte un maximum d’eau dans ses ailes.

Le vol a été fait avec l’aide de CumulusX et de la plateforme FSX. En finale pour la piste 35, vous aurez la chance de survoler Robert’s Lake et admirer tous les petits détails créés pour rendre la scène encore plus réaliste. Pour d’autres idées de vols virtuels exigeants, consultez la section “simulation de vol” du site.

Pour d’autres articles dans la catégorie “Simulation de vol”, cliquez sur le lien suivant : Simulation de vol

Bonne chance et amusez-vous bien!

Simulation de vol: Parry Sound vers Toronto

Dans la section des vols virtuels standards, j’ai ajouté récemment un vol au départ de Parry Sound (CNK4). Voici une occasion en or d’apprendre à connaître la région des Grands-Lacs en Ontario. L’aéroport de Parry Sound, de la compagnie ORBX, est une première création de Vlad Maly pour cette province. La piste est longue de 4000 pieds. Immédiatement à côté de l’aéroport, il y a un lac, Robert’s Lake (CRL8), avec plusieurs chalets et des hydravions et bateaux à voile qui apparaissent, lorsque vous choisissez une saison en conséquence. Vous avez également 4000 pieds de disponible pour les opérations sur le lac.

La région des Grands-Lacs est appelée à se développer au niveau des aéroports virtuels, puisqu’une autre compagnie White Digital Simulations entend initialement développer des aéroports autour de cette région. Les amateurs de vol virtuel auraient ainsi accès à de nouvelles réalisations couvrant huit états américains et deux provinces canadiennes.

Le présent vol a été effectué alors que les nuages étaient suffisamment bas pour empêcher la réception du NDB (257khz) de Toronto Island (Billy Bishop) dans la première partie du vol. Un posé-décollé a été effectué en passant par Toronto International (CYYZ). MyTraffic2013 s’est chargé de faire circuler les avions autour de cet aéroport. Une fois au-dessus du centre-ville, le logiciel de Pilot’s FS Global 2010 a installé automatiquement un maximum de bâtiments, pour plus de réalisme.

Enfin, l’aéroport de Toronto Billy Bishop (anciennement Toronto Island) a été modifié par l’équipe de Orbx de façon à le rendre plus vivant. Vous trouverez donc, à l’arrivée, du personnel qui attend pour s’occuper de votre ravitaillement. Des véhicules ont également été rajoutés. Naturellement, là encore, MyTraffic2013 s’est chargé d’installer des avions ici et là, car CYTZ est un aéroport passablement occupé.

Je vous souhaite bon vol, si vous décidez de tenter l’expérience. Pour un réalisme accru, il serait souhaitable que FTX Global Vector soit installé sur votre ordinateur, car le simple logiciel de Microsoft Flight Simulator (FSX) ne rend pas justice à la région! Open LC North America améliore encore davantage l’expérience de vol.

Pour d’autres articles dans la catégorie “Simulation de vol”, cliquez sur le lien suivant : Simulation de vol

Un WACO au travail dans l’Ouest Canadien

Un WACO YMF5 pratique quelques manoeuvres acrobatiques au-dessus de la région de Airdrie, en Alberta.
Un WACO YMF5 pratique quelques manoeuvres acrobatiques au-dessus de la région de Airdrie, en Alberta.

La capture d’écran montre un Waco YMF5 de la compagnie Alabeo en pleine action. La scène d’arrière-plan est une création de la compagnie ORBX. FSX est utilisé pour ce vol virtuel au-dessus de l’Alberta. Le WACO est agréable à piloter et la compagnie Alabao s’est assurée d’offrir plusieurs possibilités de points de vue intéressants pour la prise des photos en vol (touche V sur le clavier). Près du lieu d’entraînement se trouvent les aéroports très bien conçus de Airdrie Airpark, Claresholm Industrial Park et High River, tous conçus par Vlad Maly. Le premier aéroport doit être acheté mais les deux autres sont offerts gratuitement sur le site d’Orbx. Il s’agit d’un très bon point de départ pour une traversée des montagnes Rocheuses vers Vancouver ou Victoria.