Archives de mot-clé : photographie de paysage

Le MV Golden Princess dans le Port de Vancouver.

Le navire Golden Princess dans le Port de Vancouver en 2018.
Le navire Golden Princess dans le Port de Vancouver en 2018.

Le navire de croisière Golden Princess quitte le Port de Vancouver au moment où des averses en arrière-plan rendent le paysage encore plus intéressant. Le Golden Princess peut emporte 2592 passagers. Il a été construit en Italie, aux chantiers Fincantieri.

J’ai pris la photo a été prise à partir du balcon du trente-deuxième étage d’une tour à condos avec un appareil-photo Canon 5DSR muni d’un téléobjectif Canon 70-200 f2.8L IS II USM.La focale était à 200mm mais, comme j’étais très loin de la scène, il a été nécessaire de recadrer fortement la photo pour rapprocher suffisamment le navire.

Pour d’autres photographies de navires, cliquez sur le lien suivant de mon blog :

Photographie de navires

Le MS Zuiderdam en visite dans le Port de Québec.

Le navire Zuiderdam ancré dans le Port de Québec à l'automne 2018.
Le navire Zuiderdam ancré dans le Port de Québec à l’automne 2018.

Durant une belle journée d’automne à Québec, un détour s’impose par la promenade des Gouverneurs. Cette promenade est accessible par la terrasse Dufferin et le parc des Champs-de-Bataille. L’escalier compte quelques centaines de marches, mais l’effort en vaut la peine.

À cette période de l’année, plusieurs bateaux de croisière, dont le MS Zuiderdam, accostent au Port de Québec. Pour les amateurs de photographie, cela ajoute un intérêt supplémentaire.

La composition photographique de la photo ci-dessus demandait passablement d’attention car il était nécessaire d’inclure plusieurs éléments essentiels en évitant cependant de trop charger la photo.

La difficulté principale était la très grande différence de luminosité entre l’arrière-plan et l’arbre au premier plan. L’utilisation de fichiers RAW a été essentielle lors du travail de correction de luminosité avec Photoshop. La photo a été effectuée au moyen d’un appareil-photo Canon 5DSR.

Le navire de croisière Zuiderdam a une capacité de 1916 passagers et a effectué sa première croisière en 2002. Il appartient à la Holland America Line. Plusieurs œuvres d’art se trouvent à bord, dont un tableau de la reine Béatrix (sans surprise!) peint par l’artiste Andy Warhol.

Pour d’autres photos de navires, cliquez sur le lien suivant dans mon site:

Photographie de navires

Coucher de soleil aux Îles-de-la-Madeleine

Coucher de soleil aux Îles-de-la-Madeleine, été 2017
Coucher de soleil aux Îles-de-la-Madeleine, été 2017

Les Îles-de-la-Madeleine, dans la Province de Québec, sont reconnues pour les magnifiques couchers de soleil. La photo ci-dessus a été prise alors que je revenais de Havre Aubert avec ma famille durant l’été 2017. Les marais se trouvent entre Havre Aubert et Cap-aux-Meules, immédiatement le long de la route principale.

La journée avait été nuageuse et ne laissait pas croire qu’il serait possible d’obtenir un résultat minimalement intéressant en soirée. Cependant, vers 20 heures, alors que le soleil était encore relativement haut, quelques rayons de soleil ont commencé à se faufiler à travers les nuages restants. Le stratocumulus étant bien délimité, il devenait évident qu’au moment où le soleil serait suffisamment proche de l’horizon, il éclairerait les nuages par en-dessous en même temps que les marais. Il fallait saisir rapidement l’opportunité qui s’offrait, car la lumière idéale ne durerait que quelques minutes.

Quand les vents sont calmes et que, pour les besoins de la photo, il faut se planter les deux pieds près des marais à faire des essais et des ajustements, il faut accepter de faire des dons de sang aux moustiques. Ce soir-là, j’ai dû perdre une chopine de sang!

L’absence de vent a permis une bonne réflexion des poteaux électriques dans la mare au premier plan.

La photo a été prise avec un appareil-photo plein format Canon 5DSR monté sur trépied. L’objectif utilisé était un Canon 70-200 f2.8L IS II USM muni d’un filtre gradué pour éviter la sous-exposition du premier plan causé par les hautes lumières à l’horizon. La priorité était à l’ouverture, et F18 avait été choisi pour assurer une bonne profondeur de champ. L’ISO était à 200 et la focale à 135 mm.

Pour d’autres photos du Canada, cliquez ici: Photos du Canada

Pour d’autres photos du Québec et de la ville de Québec, cliquez ici :

Province de Québec en photos

Ville de Québec et Île d’Orléans en automne

Ville de Québec et Île d’Orléans en hiver

Ville de Québec et Île d’Orléans au printemps

Ville de Québec et Île d’Orléans en été

Photographie de nuit de la Ville de Québec

Ville de Québec durant l'été 2014
Ville de Québec durant l’été 2014

Voici une photo de nuit qui en dit long sur l’ambiance qui règne de façon générale à Québec. Un photographe n’a qu’à se promener un peu lors des belles soirées chaudes d’été pour apercevoir un peu partout des citoyens et touristes qui prennent le temps d’admirer la ville.

La photo ci-dessus a été prise avec un appareil-photo plein format Canon 5D MKII équipé d’un objectif fixe Canon EF 50mm f/1.4. L’ouverture maximale de 1.4 permet de prendre des photos à cette heure de la journée sans l’aide de trépied et sans que l’ISO soit augmentée de façon exagérée, conservant ainsi la qualité de la photo. L’usage d’un trépied offre toujours de meilleurs résultats, mais pour les occasions où le photographe n’a pas tout son équipement avec lui, l’ouverture maximale de 1.4 (et même 1.2 pour les plus fortunés) peut sauver la mise.

Les étoiles autour des lumières ne sont pas un artifice ajouté pour créer un effet spécial mais proviennent des multiples éléments composant l’objectif Canon EF 50mm f1.4. Étant donné que tous les objectifs sur le marché ne sont pas de qualité égale, certains objectifs offrent un bouquet beaucoup plus intéressant que d’autres.

Il est assez difficile d’obtenir autre chose que des silhouettes humaines lorsque la lumière du jour est si faible et qu’en plus, les lumières des lampadaires de la ville viennent fausser la luminosité générale. La photo ayant cependant été prise en utilisant des fichiers RAW, il a été plus facile de faire des corrections de contrastes grâce à un logiciel de traitement de l’image.

Pour d’autres photos du Canada, cliquez ici: Photos du Canada

Pour d’autres photos du Québec et de la ville de Québec, cliquez ici :

Province de Québec en photos

Ville de Québec et Île d’Orléans en automne

Ville de Québec et Île d’Orléans en hiver

Ville de Québec et Île d’Orléans au printemps

Ville de Québec et Île d’Orléans en été

Photographie de nuit: des Bernaches du Canada dans le détroit de Géorgie en Colombie-Britannique

Des Bernaches du Canada dans le détroit de Géorgie en Colombie-Britannique, en 2016
Des Bernaches du Canada dans le détroit de Géorgie en Colombie-Britannique, en 2016

La photographie de nuit n’est pas toujours planifiée et la photo ci-dessus n’est certainement pas une scène que j’aurais été capable de prendre à mes débuts comme photographe.

Il y avait un superbe coucher de soleil sur le détroit de Géorgie en Colombie-Britannique et j’avais pris des photos jusque tard en soirée avec un appareil-photo plein format Canon 5DSR. La session de photographie était pratiquement terminée.

Au moment où je me suis décidé qu’il était temps de tout réemballer, j’ai entendu des Bernaches du Canada (aussi appelées outardes). Elles volaient en formation au-dessus des montagnes à l’ouest et se dirigeaient vers le nord dans la pénombre. Pour photographier ces oiseaux se déplaçant rapidement dans la lumière restante du jour, des ajustements drastiquement différents devraient être faits sur l’appareil-photo, et cela très rapidement.

L’appareil-photo était équipé d’un téléobjectif Canon 70-200 f2.8L IS II USM monté sur un trépied et faisait face à l’ouest. Il était sur mise au point manuelle, le stabilisateur n’était pas en fonction l’ajustement ISO était très bas. De plus, un adaptateur équipé d’un filtre gradué ND était installé sur l’objectif.

Cela signifiait démonter l’appareil-photo du trépied, activer la mise au point automatique de même que le stabilisateur, augmenter l’ISO, enlever le filtre gradué, limiter l’ouverture pour assurer une vitesse d’obturation suffisante, s’assurer que l’appareil-photo fasse entendre le signal que la mise au point avait été effectuée, composer la photo et prendre quelques photos en rafale avant que les bernaches ne se soient trop éloignées.

Quelques secondes plus tard, ces oiseaux et le paysage devenaient un autre souvenir des vacances passés en Colombie-Britannique.

Pour d’autres photos du Canada, cliquez ici: Photos du Canada

Photographie de navires dans le détroit Juan de Fuca en Colombie-Britannique

Navire de la marine marchande dans le détroit Juan de Fuca au large de Victoria (2016)
Navire de la marine marchande dans le détroit Juan de Fuca au large de Victoria (2016)

Les amateurs de photographie savent que les plus belles heures pour exercer leur loisir sont tôt le matin ou tard en journée, mais avant l’arrivée de la nuit. C’est à ce moment que l’on bénéficie des couleurs les plus douces et souvent les plus spéciales.

La côte de l’Île de Vancouver possède ce qu’il faut pour attirer toutes les catégories de photographes: la vie sauvage abonde, le brouillard est souvent présent en matinée et en soirée au-dessus des plans d’eau et les montagnes sont visibles presque partout.

De passage en Colombie-Britannique, j’avais noté le nombre élevés de navires de la marine marchande qui circulent au large du détroit Juan de Fuca. Mais les photographier en plein jour aurait donné des photos assez moyennes. Pas facile cependant de se lever aux petites heures pour planter le trépied sur la plage; cependant, cela donne toujours des résultats intéressants.

Le seul problème pour la photographie de navires est que ces derniers circulent souvent très loin du photographe et qu’ils sont, de ce fait, minuscules et inintéressants une fois sur la photo. Cependant l’appareil-photo Canon 5DSR et son capteur plein format de 50.6 mégapixels permettent de régler ce problème : de nouvelles expériences photographiques sont alors possibles.

La scène ci-dessus a été captée à partir d’une plage de Victoria, très tôt le matin. Il fallait s’assurer de l’immobilité la plus complète de l’appareil-photo car il faudrait plus tard procéder à un recadrage très important pour agrandir le navire. La moindre vibration serait alors amplifiée par l’agrandissement et la photo deviendrait inutilisable.

Voici donc la méthode utilisée : l’ISO était réglée à 250, le trépied planté dans le sable (mais pas dans la portion du sable qui est molle sinon le trépied se serait légèrement déplacé). De plus, le déclencheur à distance a été utilisé, de même que la fonction verrouillage du miroir. Pour assurer une mise au point optimale, celle-ci a été faite de façon manuelle en utilisant Liveview à un grossissement de 16X.

Un téléobjectif Canon 70-200 f2.8L IS II USM était installé sur l’appareil-photo avec la focale à 200mm. Un filtre ND gradué était installé pour compenser la grande luminosité occasionnée par le lever du soleil derrière les montagnes. Le fait d’être tôt sur la plage permettait également de bénéficier d’un vent minimal, limitant encore davantage les chances de vibrations du trépied. J’ai effectué plusieurs clichés et choisi de conserver la photo contenant un oiseau qui passait par là, de façon à ajouter une touche de vie à la scène.

Pour d’autres photos de navires affichées sur le présent site, cliquez sur le lien suivant:

Photographie de navires

Pour d’autres photos du Canada, cliquez ici: Photos du Canada

Photographie de paysage: la Ville de Québec en hiver

La Ville de Québec en hiver, dans le secteur de Cap-au-Diable (2016)
La Ville de Québec en hiver, dans le secteur de Cap-au-Diable (2016)

La photo ci-dessus a été prise à Cap-au-Diable, dans la Ville de Québec, en décembre 2016, avec un appareil-photo plein format Canon 5DSR équipé d’un objectif Canon EF 24-70mm f/2.8L USM. Un filtre polarisant n’était pas requis ici, le soleil étant directement de face et la lumière très douce. L’exposition a cependant été corrigée de +1/3.

À ce temps de l’année, la température n’est pas trop froide pour les mains nues du photographe et la luminosité est idéale, peu importe l’heure de la journée. La température oscillant souvent autour du 0° C favorise les averses de neige mouillée. La neige colle légèrement sur les branches des arbres et, tant que le vent ne se lève pas trop, il est possible d’obtenir des photos très intéressantes. Il ne faut donc pas perdre de temps.

Pour la photo ci-dessus, j’ai pu profiter d’un fleuve St-Laurent qui n’était pas encore gelé, ce qui a permis de capturer les reflets du soleil d’hiver. Mais il fallait faire vite car je voyais la progression de la masse nuageuse en provenance de l’ouest, à droite sur la photo. Une minute plus tard, le soleil et ses reflets n’étaient plus visibles.

Les photos ci-dessous ont été prises dans le même parc.

Parc du Cap-au-Diable, Ville de Québec (2016)
Parc du Cap-au-Diable, Ville de Québec (2016)
Une maison du parc Cap-au-Diable, Ville de Québec (2016)
Une maison du parc Cap-au-Diable, Ville de Québec (2016)

Pour d’autres photos du Canada, cliquez ici: Photos du Canada

Pour d’autres photos du Québec et de la ville de Québec, cliquez ici :

Province de Québec en photos

Ville de Québec et Île d’Orléans en automne

Ville de Québec et Île d’Orléans en hiver

Ville de Québec et Île d’Orléans au printemps

Ville de Québec et Île d’Orléans en été

Livres de photographie: “Full Frame” par David Noton

Le livre de photographie écrit en anglais « Full Frame », par David Noton, est paru en 2010. Ses propos sont cependant toujours d’actualité. Il s’agit possiblement du meilleur livre de photographie que j’ai lu jusqu’à présent. Les images sont fantastiques et le texte est rempli d’informations pratiques et accessibles.

Livre de photographie en anglais "Full Frame" de David Noton
Livre de photographie en anglais “Full Frame” de David Noton

L’auteur est reconnu comme étant un des meilleurs photographes de paysage au monde. Chaque page du livre est divisée en trois sections : avant, pendant et après. Cela signifie que vous lisez sur tout ce que l’auteur a expérimenté lorsqu’il a fait un voyage autour du monde avec sa femme pour photographier des paysages : la préparation, la technique, les priorités, les obstacles, les succès, etc.

Tout au long du livre, j’avais le sentiment qu’un ami m’écrivait étant donné que le style littéraire emprunté par l’auteur était léger, humoristique et sans prétention. Voici quelques-unes de ses remarques de même que certains conseils. J’ai traduit les passages en italique.

« La chance combine préparation et opportunité. » (p.38) Cela s’applique également à tout ce que l’on fait dans la vie.

« Quelquefois, un nouvel objectif d’appareil-photo favorisera une toute nouvelle façon d’observer. Cela fait partie du processus d’évolution. » (p.64)

Augmentez la netteté de chaque image numérique. Les photos sont composées de pixels carrés et ont besoin de microajustements.

Pour choisir plus aisément parmi vos belles photos similaires laquelle mérite la première place, commencez par choisir une très bonne photo et comparer là avec chaque autre photo, une à la fois, jetant celles qui se révèlent inférieures. Vous sauverez beaucoup de temps.

Un peu de clignotement dans les hautes lumières n’est pas très grave étant donné que les fichiers RAW peuvent facilement être ajustés. N’oubliez pas que l’écran LCD de l’appareil-photo vous montre un histogramme ajusté pour les fichiers JPEG.

Utilisez un filtre gradué seulement pour contrôler les contrastes et non pas pour ajouter de l’atmosphère ou créer des contrastes artificiels.

Il n’est pas nécessaire de toujours montrer le sommet des montagnes.

« Les meilleures photos sont les plus simples. La composition est l’art de reconnaître ce qu’il faut laisser de côté. » (p.71)

« Soyez flexible et tentez de profiter le plus possible de ce qui vous semble être des conditions défavorables. » (p.77)

« Adoptez la qualité du “plein format” et recadrez lorsque requis, bénéficiant de l’information en réserve offerte par [le plus grand] capteur. »

« Pour des vues grand-angles sur le monde, un capteur plein format est impératif. » (p.93)

Quatrième de couverture du livre de photographie "Full Frame" de David Noton
Quatrième de couverture du livre de photographie “Full Frame” de David Noton

« Recherchez le bon site, analysez les options sous différentes lumières, prévisualisez l’image et planifiez la session de photographie en retournant jusqu’à ce que vous ayez obtenu ce que vous recherchez. » (p.113)

« La recherche du site est le but ultime; la photographie est la partie facile. » (p.125)

« Ne craignez pas le clignotement des hautes lumières dans la partie la plus claire du ciel, là où le soleil brille […]. On ne s’attend pas à voir des détails dans cette région. » (p.138)

« L’utilisation du mouvement est une technique essentielle dans le répertoire du photographe. » (p.143)

« La règle des tiers classique est un bon point de départ qui peut être ignoré selon les circonstances. » (p.149)

« Le capteur d’un appareil-photo n’est pas un instrument linéaire; le côté droit de l’histogramme contient beaucoup plus d’informations que le côté gauche. Lorsque le traitement de l’image ramène l’intensité lumineuse au niveau désiré, les photos apparemment surexposées auront des tons plus riches et moins de bruit numérique qu’une photo initialement exposée à gauche. » (p.153)

« Nous les photographes pouvons seulement nous améliorer si nous exigeons toujours davantage de nous-mêmes. » (p.187)

Pour d’autres revues de livres sur la photographie, cliquez sur le lien suivant : Autres livres de photographie

Voici le lien vers le site de l’auteur: David Noton

Titre : Full Frame
Auteur : David Noton
Éditions : David & Charles
ISBN-13: 978-0-7153-3615-1
©2010

Photographie : couleurs d’automne dans le parc national de la Jacques-Cartier au Québec

Couleurs d'automne dans le parc national de la Jacques-Cartier au Québec
Couleurs d’automne dans le parc national de la Jacques-Cartier au Québec

Cette photo a été prise au parc national de la Jacques-Cartier, au Québec, en 2016 avec un appareil-photo plein format Canon 5DSR. L’endroit exact où la photographie a été prise se situe au « kilomètre 10 » dans le parc, juste derrière le centre de services.

Bien que les couleurs d’automne soient jolies et auraient méritées à elles seules un gros plan, il y avait ici une possibilité d’inclure un premier plan intéressant. Les formes naturelles et l’alternance entre les bandes de terre (1-3-5) [voir la photo ci-dessous], l’eau et le ciel (2-4-6) ont aidé à former une diagonale virtuelle qui a été utilisée pour guider l’œil jusqu’à ce que l’on arrive à la limite supérieure de l’image.

La règle des tiers s’appliquait particulièrement bien ici, sans avoir à faire de compromis. J’ai décidé de couper une grande partie du ciel étant donné que la lumière du jour était passablement intense. La ligne d’horizon a conséquemment été déplacée dans le premier tiers de la photo, juste à la base des montagnes. Le point d’intérêt principal, qui était la forêt colorée, se situait désormais dans le point d’intersection supérieur droit.

Parc national de la Jacques-Cartier au Québec et théorie de la photographie
Parc national de la Jacques-Cartier au Québec et théorie de la photographie

Pour d’autres photos du Canada, cliquez ici: Photos du Canada

Pour d’autres photos du Québec et de la ville de Québec, cliquez ici :

Province de Québec en photos

Ville de Québec et Île d’Orléans en automne

Ville de Québec et Île d’Orléans en hiver

Ville de Québec et Île d’Orléans au printemps

Ville de Québec et Île d’Orléans en été

Photographie: la feuille d’érable du Canada

Feuilles d'érable durant l'automne 2016 à Stoneham, au Québec.
Feuilles d’érable durant l’automne 2016 à Stoneham, au Québec.

Cette photo a été prise à Stoneham, au Québec, à l’automne 2016. Je trouvais la scène intéressante à cause de la présence de l’arbre et de toutes ses branches qui découpent la photo, en même temps que les variations de couleurs des feuilles d’érable donnent l’impression d’une explosion à partir du centre de la photo.

La scène a été captée avec un appareil-photo Canon 5DSR muni d’un objectif grand-angle fixe Canon 14mm 2.8L.