Un mois de muffins

Cette page porte sur de la photographie de nourriture, et dans ce cas-ci, plus particulièrement de muffins. Ces muffins ont été cuisinés par ma fille pour un projet d’école qu’elle a intitulé « Un mois de muffins ». Elle a décidé qu’elle produirait en moyenne une douzaine de muffins par jour pendant un mois. Le résultat final fut donc la cuisson de 360 muffins. Un livre a été produit, en français, et est disponible à travers la compagnie Blurb Un mois de muffins

Chaque semaine, elle en cuisinait quelques douzaines à la fois. Dès que les muffins étaient sortis du four, elle se réservait du temps pour la séance de photographie. Nous avons travaillé ensemble pour les différentes photos, et, au fur et à mesure que ces dernières étaient prises, elle mettait les muffins dans des sacs de congélation pour une livraison hebdomadaire à « La Maison Gilles Kègle »  qui s’occupe de venir en aide aux personnes dans le besoin.

Tout au long du processus, elle a composé un livre de recettes, en prenant soin de calculer les glucides et les matières grasses pour les personnes atteintes du diabète de type 1 et 2. Pour chaque recette, une photo a été incluse. Les recettes ne sont pas incluses ici, mais la page web montre le résultat de son travail comme cuisinière et aide-photographe.

Présenter des dizaines de muffins différents demandait de l’attention quant aux détails et à la présentation. Si la même méthode de photographie était utilisée pour chaque recette, les pages de son livre deviendraient rapidement répétitives.

Voici donc les aspects qui furent considérés :

1. S’il y avait des douzaines de pages de photos sur un même sujet pour son livre de recettes, le nombre de muffins présentés sur une photo devrait être différent : un seul, quelques-uns, une douzaine ou plusieurs douzaines à la fois.

2. Les photos seraient prises à partir de différentes positions : de côté, en angle, du dessus, en macrophotographie ou en plan éloigné.

3. Lorsqu’il y avait quelques muffins de présentés sur une même photo, nous avons essayé différentes façons de les placer : soit en les empilant ou en les disposant les uns derrière les autres.

4. Nous avons essayé de trouver les meilleurs spécimens.

5. La plupart du temps, nous avons travaillé avec un objectif macro 100mm. Cependant, un objectif 50mm f/1.4 a été utilisé à deux reprises.

6. Le flash n’a été utilisé qu’une seule fois et avec pouvoir réduit.

7. Quelques photos ont été prises avec un filtre polarisant lorsque les muffins reluisaient trop à notre goût.

8. Toutes les photos ont été prises avec un trépied et avec l’appareil photo ajusté sur la priorité « ouverture ».

9. La lumière du jour offre les meilleurs résultats lorsque vient le temps de photographier des aliments. Étant donné que les photos étaient surtout faites en soirée, nous nous sommes procuré une boîte lumineuse pour remplacer la lumière naturelle manquante.

10. Des diffuseurs faits de carton blanc ont été utilisés lorsqu’il était impossible de travailler avec une boîte lumineuse.

11. Des réglages différents d’ouverture ont été expérimentés pour chaque photo, en fonction de la zone de netteté totale désirée. De façon générale, les photos ont été prises avec des ouvertures entre 2.8 et 6.3.

12. Nous avons utilisé des assiettes de couleur différente, pour plus de variété. Placer tous les muffins sur une même assiette blanche aurait rapidement donné un effet répétitif et monotone. Nous avons cependant pris soin que les couleurs ne soient pas trop voyantes, au point d’effacer le sujet d’intérêt principal.

13. De petites assiettes ont été utilisées, car il ne fallait pas que notre muffin soit comme un élément perdu au milieu d’une assiette gigantesque.

14. Nous nous sommes procuré certains accessoires, comme les serviettes en papier, la tasse de couleur turquoise, les planches à découper en bois et en plastique de même que les napperons pour ajouter de la variété aux photos.

15. Même si nous avions ici et là des arrières-plans colorés, ils ont été mis hors foyer pour ne pas qu’ils attirent trop l’attention.

16. L’idée d’ajouter des fleurs à certaines photos s’est avérée intéressante, ces dernières ajoutant une touche de vie à l’ensemble.

17. Pour chaque photo, une décision a été prise quant à la pertinence de placer des éléments supplémentaires comme des ustensiles, un carré de beurre, les miettes d’un muffin brisé, etc. Lorsqu’un accessoire était retenu, il fallait discuter de sa disposition optimale dans la photo.

18. De façon générale, un obstacle a été placé dans le coin supérieur droit de la photo de façon à ce que l’œil du spectateur retourne vers le sujet principal, une fois rendu à l’extrémité droite du cadre de la photo.

19. Étant donné que Noël approchait, nous avons pensé que de photographier un plateau de muffins avec un arbre de Noël hors foyer en arrière-plan pouvait être une bonne idée. Pourquoi ne pas profiter d’un contexte spécial?

20. Parlant de contexte spécial, des caissettes en papier portant sur le thème de Noël ont été choisies pour certains des muffins.

21. Pour chaque recette, dépendant de la couleur des muffins, ma fille décidait du meilleur papier à utiliser. Il s’agissait parfois d’un papier très coloré, pour rehausser un muffin à l’aspect un peu terne, ou bien d’un papier ordinaire pour un muffin n’ayant pas besoin d’aide supplémentaire.

22. Nous aurions pu enlever les papiers entourant les muffins pour chaque séance de photographie, de façon à obtenir de nouveaux effets. Mais, étant donné que l’intention était d’offrir les muffins à La Maison Gilles Kègle, nous voulions qu’ils demeurent intacts.

23. Il y a eu deux exceptions où des muffins ont été coupés en morceaux et disposés d’une façon à les rendre plus appétissants.

24. Les ingrédients principaux utilisés pour les recettes ont été placés autour de l’assiette ou sur le napperon, lorsque possible, le but étant de donner une indication rapide de la composition du muffin.

25. Il était important de planifier chaque séance photo. Étant donné que nous ne produisions pas de photos pour un magazine, nous ne pouvions prendre beaucoup de temps pour photographier un ou deux muffins. Nous savions déjà qu’il devrait y avoir des compromis.

26. Photoshop a été utilisé pour recadrer chaque image et faire les derniers ajustements.

27. Les photos ont été prises en RAW+JPEG, pour de meilleurs résultats.

Au début de cette page, il a été mentionné que les muffins ont été remis à La Maison Gilles Kègle. Voici un vidéo sur Gilles Kègle et ses oeuvres de même qu’un lien vers la Fondation Gilles Kègle.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Photographie, aviation et simulation de vol