Photographie de navires

Le navire Corona Frontier dans le port de Vancouver

Le navire-cargo Corona Frontier dans le Port de Vancouver en 2016
Le navire-cargo Corona Frontier dans le Port de Vancouver en 2016

La photo ci-dessus a été prise durant l’été 2016 dans le Port de Vancouver, en Colombie-Britannique. J’ai choisi cette période de la journée pour la photo, car elle offre une très belle lumière.

Les vents calmes ont permis une meilleure qualité de réflexion dans l’eau. La pluie, qui avait été présente pratiquement toute la journée, a aidé à former une masse de nuages bas qui ont éventuellement obstrué la vue sur les montagnes. Il est cependant possible d’apercevoir quelques formations rocheuses en haut de la photo.

J’ai utilisé un appareil-photo plein format Canon 5DSR muni d’un téléobjectif Canon 70-200 f2.8L IS II USM. L’ouverture était réglée à F9, pour un maximum de netteté.

Le navire-cargo que l’on peut apercevoir au premier plan est le Corona Frontier. Il bat pavillon japonais et a son port d’attache à Kobe. Il a été construit en 2000. Pour les amateurs de données relatives aux navires, le tirant d’eau du Corona Frontier est de 13.7 mètres et sa jauge brute de 48032 tonnes.

Le navire Harlequin devant Lévis et en route pour Rouen, France.

Le navire Harlequin devant la raffinerie Jean Gaulin de Lévis en 2017
Le navire Harlequin devant la raffinerie Jean Gaulin de Lévis en 2017

La photo ci-dessus représente le navire Harlequin, un transporteur de vrac construit en 2012 avec un tirant d’eau de 9.7 mètres. Il navigue sous le pavillon de complaisance de Chypre. Au moment de la prise de photo, le 18 juin 2017, il se trouvait devant la raffinerie Jean Gaulin de Lévis, au Québec, et s’apprêtait à traverser l’Atlantique en direction de Rouen en France. La raffinerie Jean Gaulin se classe au premier rang au Québec et au deuxième rang au Canada en ce qui a trait à la capacité de traitement de pétrole brut.

La photo a été prise à 21 :07, soit juste avant la nuit. Du fait que la prise de vue se faisait à partir de l’étage le plus élevé de la tour de bois du quai des Cageux, il y avait constamment des vibrations occasionnées par les gens qui montaient et descendaient. Les mouvements de la tour, s’additionnant au déplacement du navire faisaient en sorte que l’usage d’un trépied était à toute fin inutile. Il a donc fallu capturer la scène à main levée, augmentant sérieusement le risque de flou de bougé sur la photo.

Un objectif fixe Canon EF 85mm f/1.2 II USM installé sur un appareil-photo plein format Canon 5DSR a permis de sauver la mise. Le fait que cet objectif n’exige que très peu de lumière offre de la latitude supplémentaire. Bien sûr, il aurait été possible d’augmenter l’ISO à 6000 et plus pour compenser le manque de lumière, mais cela aurait dégradé la qualité de la photo. L’ISO a donc été limité à 2000, avec une vitesse d’obturation de 1/200 sec et une ouverture de 1.6.

De façon à limiter les risques d’obtenir une photo floue, il a été nécessaire de suivre le mouvement du navire avec l’appareil-photo. Plus le navire apparaissait immobile dans le viseur et meilleures étaient les chances d’obtenir une photo bien définie.

Comme le navire était tout de même plus éloigné qu’il n’y paraît sur la photo ci-dessus, un recadrage a été nécessaire pour le rapprocher. Si l’ISO avec été trop élevé au départ, le grain photographique aurait été beaucoup trop gros suite au recadrage et la photo en aurait souffert. Avec un ISO limité à 2000, l’image conservait tout de même un minimum de définition.

Les vaisseaux Europa et Impossible Dream à Québec pour le RDV 2017

Le catamaran Impossible Dream et le voilier Europa arrivent à Québec pour le RDV 2017
Le catamaran Impossible Dream et le voilier Europa arrivent à Québec pour le RDV 2017

La photo ci-dessus montre le catamaran Impossible Dream et le voilier trois-mâts Europa arrivant à Québec pour le Rendez-vous naval 2017 (RDV 2017).

Le catamaran Impossible Dream a été conçu en 2002 et il est fait pour naviguer sur l’océan. Sa mission, stipulée sur son site web Impossible Dream est d’amener des personnes avec et sans handicap à collaborer ensemble dans un but commun.

Le voilier trois-mâts Europa à son arrivée à Québec pour le RDV 2017
Le voilier trois-mâts Europa à son arrivée à Québec pour le RDV 2017

L’équipage du voilier Europa, naviguant sous pavillon Hollandais, a eu la délicatesse de sortir toutes les voiles, malgré des vents peu favorables. Cela a plu à la foule et constitué une occasion de photo encore plus intéressante. Étant donné qu’il n’était qu’environ 10h30 du matin, les voiles étaient éclairées de façon indirecte par les rayons du soleil, ce qui a rendu la photo plus vivante.

J’ai choisi de conserver la petite embarcation et ses deux passagers, à droite dans la photo, pour donner une idée de la dimension du voilier Europa.

Les photos ont été prises avec un appareil-photo plein format Canon 5DSR.

Le voilier Oosterschelde à Québec en 2017

Le voilier Oosterschelde arrive à Québec pour le RDV 2017
Le voilier Oosterschelde arrive à Québec pour le RDV 2017

La photo ci-dessus montre le voilier trois-mâts néerlandais Oosterschelde à son arrivée à Québec dans la matinée du 18 juillet 2017, lors du RDV 2017. À l’arrière-plan se trouve la ville de Lévis.

Photo prise avec un appareil-photo plein format Canon 5DSR muni d’un objectif Canon 70-200 f2.8L IS II USM.

Le voilier chilien Esmeralda au RDV 2017 de Québec

Le voilier chilien Esmeralda et son équipage lors du RDV 2017 à Québec.
Le voilier chilien Esmeralda et son équipage lors du RDV 2017 à Québec.

En juillet 2017, le voilier quatre-mâts chilien Esmeralda est accosté à Québec pour le RDV 2017. Son arrivée a été spectaculaire, avec tout l’équipage qui a chanté pendant plusieurs minutes pour le public installé sur le quai.

De façon à éviter toute distraction inutile, la photo avec capteur plein format a été prise en mode portrait et le cadrage a été fait de façon passablement serrée pour mettre en valeur les membres d’équipage installé très haut le long des mâts.

La photo ci-dessous offre un autre point de vue des mâts du voilier, en mettant davantage l’importance sur les chaises de couleur qui sont directement installées dans un bassin d’eau et permettent aux touristes de se rafraîchir un peu durant la chaude journée de juillet.

L’objectif grand-angle utilisé pour l’occasion était un Canon 14mm f/2.8L. La composition fait en sorte que les lignes obliques partent du bassin et pointent directement vers le voilier.

Le voilier Esmeralda au loin, lors du RDV 2017 à Québec.
Le voilier Esmeralda au loin, lors du RDV 2017 à Québec.

Lorsque le rendez-vous naval 2017 s’est terminé, beaucoup de petites embarcations sont venues à la rencontre des grands voiliers pour les accompagner au moment du départ de Québec et le long du voyage autour de l’île d’Orléans. Dans la photo ci-dessous, il est possible d’apercevoir le navire de croisière Maasdam qui avait été positionné de façon différente dans le Port de Québec, pour accommoder tous les voiliers au moment du RDV 2017.

Le navire Maasdam et le voilier Esmeralda lors du RDV 2017 à Québec.
Le navire Maasdam et le voilier Esmeralda lors du RDV 2017 à Québec.

Ci-dessous, le voilier Esmeralda fait route vers le nord de l’île d’Orléans, après la parade finale du départ. À gauche sur la photo, on peut voir le Château Frontenac et, directement derrière l’Hôtel le Concorde Québec avec son anneau où se trouve le restaurant tournant offrant une vue imprenable sur Québec. La photo à main levée a été prise à partir de l’île d’Orléans avec un téléobjectif Canon EF 70-200mm f/2.8L IS II USM. Ce dernier est muni d’un stabilisateur intégré.

Il aurait cependant été passablement difficile d’obtenir un recadrage aussi important sans la capacité du capteur plein format de 50.6 mégapixels du Canon 5DSR. Étant donné la grande étendue d’eau entre l’appareil-photo et le voilier, il se peut que vous notiez l’effet de mirage, malgré la dimension réduite de l’image présentée ici.

Le voilier Esmeralda à Québec lors du RDV 2017. En arrière-plan, le Château Frontenac et l'hôtel Le Concorde.
Le voilier Esmeralda à Québec lors du RDV 2017. En arrière-plan, le Château Frontenac et l’hôtel Le Concorde.

Je croyais que l’équipage utiliserait toutes les voiles une fois le voilier passé l’île d’Orléans, mais ce ne fût pas le cas. La photo ci-dessous a été prise à partir du haut de la tour de bois située à l’extrémité nord-est de l’île d’Orléans, alors que l’Esmeralda navigue toujours à l’aide des moteurs. Cependant, faute de voiles, j’ai pu bénéficier pour la composition photographique d’un magnifique champ fleuri, d’un navire de la marine marchande et d’une ligne d’horizon montrant la chaîne des Appalaches. Le tout a été capté à main levée avec un téléobjectif Canon EF 70-200mm f/2.8L IS II USM et recadré légèrement par la suite.

Une règle des tiers approximative a été suivie : la photo est divisée en trois sections horizontales passablement égales et le voilier se trouve sur une ligne des tiers verticale.

Le voilier Esmeralda, du Chili, naviguant sur le fleuve St-Laurent après son départ de Québec lors du RDV 2017
Le voilier Esmeralda, du Chili, naviguant sur le fleuve St-Laurent après son départ de Québec lors du RDV 2017

Le Queen Mary 2 dans le Port de Québec

Le navire Queen Mary 2 dans le Port de Québec à l'automne 2016
Le navire Queen Mary 2 dans le Port de Québec à l’automne 2016

Le Queen Mary 2 effectue annuellement quelques visites dans le Port de Québec durant la période automnale. Inutile de dire qu’il attire toujours son lot de curieux. Le navire transporte 2620 passagers qui ont tôt fait d’envahir le Vieux-Québec.

Pour photographier ce superbe navire et l’architecture des maisons du Vieux-Québec, il valait la peine d’attendre la tombée du jour, au moment où les couleurs sont beaucoup plus douces. J’aurais pu choisir de faire un plus gros plan du Queen Mary 2, mais, ce faisant, la photo aurait été moins dynamique, car la ruelle du quartier Petit-Champlain et ses piétons auraient été absents de la scène.

La portion de ciel dans la photo est volontairement réduite, car elle ne présente que peu de détails par rapport à tous les autres sujets dans la scène. Le devant du Queen Mary 2 a délibérément été situé dans le coin supérieur droit de la photo puisque c’est vers cette portion de l’image que l’œil termine son inspection de ce qui se passe dans une scène.

Il fallait voir le nombre de badauds installés sur la terrasse Dufferin, la plupart avec un appareil-photo à la main, tentant de capturer la scène. Toutes ces personnes en déplacement sur la terrasse de bois faisaient cependant en sorte que cette dernière vibrait continuellement. L’usage d’un trépied, normalement efficace pour figer toute photo, n’était ici utile qu’à condition que le temps de pose soit passablement réduit par rapport à ce qu’il aurait normalement dû être, pour éviter le flou de bougé à basse vitesse. L’ISO fût donc augmentée en conséquence.

Tout de même, la photo, prise avec un appareil-photo plein format Canon 5DSR, représente bien l’atmosphère qui régnait en ce soir d’automne 2016 dans le Vieux-Québec.

Le vraquier Ferbec devant Québec en 2017

Navire vraquier Ferbec de la compagnie CSL devant Québec en mai 2017
Navire vraquier Ferbec de la compagnie CSL devant Québec en mai 2017
Le navire vraquier Ferbec de la compagnie CSL en 2017
Le navire vraquier Ferbec de la compagnie CSL en 2017

La photo ci-dessus représente le vraquier Ferbec de la compagnie CSL (Canada Steamship Lines). Il a été construit en 2002 et fait régulièrement la navette entre Sorel et la Côte-Nord pour le transport de minerai. On le voit ici devant Québec en mai 2017, avec Lévis en arrière-plan.

La photo a été prise au moyen d’un Canon 5DSR muni d’un objectif Canon EF 85mm f/1.2L II USM.

Plutôt que de ne prendre que le navire en gros plan, j’ai cru préférable de la garder un peu à distance et de le photographier au moment où il se retrouvait, dans le viseur de l’appareil-photo, partiellement entouré de végétation.

La météo était très changeante dans les environs de Québec. Sur la rive nord, le ciel était surtout composé de cirrus tandis que sur la rive sud du fleuve de bonnes averses de pluie s’échappaient des cumulus bourgeonnants.

Étant donné qu’il n’y avait que peu de nuages sur la rive nord du fleuve, la lumière du soleil couchant, légèrement voilée par les cirrus, frappait directement le côté du bateau, ajoutant du dynamisme à la scène.

Malgré cette météo instable, il n’y avait que peu de vent sur le fleuve, ce qui a amélioré la qualité des reflets du navire. Tous les éléments étaient désormais présents pour saisir le passage du Ferbec devant la Ville de Québec.

Navire dans le détroit Juan de Fuca en Colombie-Britannique

Navire de la marine marchande dans le détroit Juan de Fuca au large de Victoria (2016)
Navire de la marine marchande dans le détroit Juan de Fuca au large de Victoria (2016)

Les amateurs de photographie savent que les plus belles heures pour exercer leur loisir sont tôt le matin ou tard en journée, mais avant l’arrivée de la nuit. C’est à ce moment que l’on bénéficie des couleurs les plus douces et souvent les plus spéciales.

La côte de l’Île de Vancouver possède ce qu’il faut pour attirer toutes les catégories de photographes: la vie sauvage abonde, le brouillard est souvent présent en matinée et en soirée au-dessus des plans d’eau et les montagnes sont visibles presque partout.

De passage en Colombie-Britannique, j’avais noté le nombre élevés de navires de la marine marchande qui circulent au large du détroit Juan de Fuca. Mais les photographier en plein jour aurait donné des photos assez moyennes. Pas facile cependant de se lever aux petites heures pour planter le trépied sur la plage; cependant, cela donne toujours des résultats intéressants.

Le seul problème pour la photographie de navires est que ces derniers circulent souvent très loin du photographe et qu’ils sont, de ce fait, minuscules et inintéressants une fois sur la photo. Cependant l’appareil-photo Canon 5DSR et son capteur plein format de 50.6 mégapixels permettent de régler ce problème : de nouvelles expériences photographiques sont alors possibles.

La scène ci-dessus a été captée à partir d’une plage de Victoria, très tôt le matin. Il fallait s’assurer de l’immobilité la plus complète de l’appareil-photo car il faudrait plus tard procéder à un recadrage très important pour agrandir le navire. La moindre vibration serait alors amplifiée par l’agrandissement et la photo deviendrait inutilisable.

Voici donc la méthode utilisée : l’ISO était réglée à 250, le trépied planté dans le sable (mais pas dans la portion du sable qui est molle sinon le trépied se serait légèrement déplacé). De plus, le déclencheur à distance a été utilisé, de même que la fonction verrouillage du miroir. Pour assurer une mise au point optimale, celle-ci a été faite de façon manuelle en utilisant Liveview à un grossissement de 16X.

Un téléobjectif Canon 70-200 f2.8L IS II USM était installé sur l’appareil-photo avec la focale à 200mm. Un filtre ND gradué était installé pour compenser la grande luminosité occasionnée par le lever du soleil derrière les montagnes. Le fait d’être tôt sur la plage permettait également de bénéficier d’un vent minimal, limitant encore davantage les chances de vibrations du trépied. J’ai effectué plusieurs clichés et choisi de conserver la photo contenant un oiseau qui passait par là, de façon à ajouter une touche de vie à la scène.

Le Havelstern entre Québec et Lévis

Le navire Havelstern est un chimiquier battant pavillon canadien et qui a été construit en 1994. Son tirant d’eau est de 8.5 mètres. Il est ici photographié le 3 juin 2017 devant la ville de Québec, avec Lévis en arrière-plan, se dirigeant vers Point Tupper en Nouvelle-Écosse, au Canada.

Le navire Havelstern passant entre la ville de Québec et Lévis le 3 juin 2017
Le navire Havelstern passant entre la ville de Québec et Lévis le 3 juin 2017

Plusieurs embarcations sont visibles sur la photo ci-dessus. Au premier plan, il est possible d’apercevoir les cheminées du Louis Joliet, un navire essentiellement utilisé pour les excursions touristiques. Se trouve ensuite un des deux traversiers effectuant continuellement la navette entre la rive sud et la rive nord du fleuve St-Laurent, entre Lévis et Québec.

Le petit bateau passant à la hauteur du Havelstern est utilisé pour le transport des pilotes du St-Laurent. Un pilote connaissant parfaitement les caractéristiques de navigation de la région doit monter à bord de chaque navire et prend les commandes jusqu’à ce que vienne le temps de transférer le contrôle à un autre pilote un peu plus loin ( Pilotes du St-Laurent ). Au quatrième plan se trouve le Havelstern et finalement, on aperçoit le deuxième traversier utilisé pour transporter les passagers et véhicules lors de la navette nord-sud.

L’appareil-photo plein format utilisé était un Canon 5DSR muni d’un objectif Canon EF 70-200mm f/2.8L IS II USM. Avec une ouverture de 5.0 et l’ISO à 200, la vitesse d’obturation permise était de 1/1000 sec..

Le navire Havelstern et l'île d'Orléans en arrière-plan, juin 2017
Le navire Havelstern et l’île d’Orléans en arrière-plan, juin 2017

Pendant que les touristes s’amusent dans les hauteurs de Québec, le Havelstern se dirige vers l’Île d’Orléans dans les averses de pluie.

La photo ci-dessous représente le Havelstern en virage pour contourner l’Île d’Orléans par le sud. Le navire était passablement loin et un recadrage important devait être effectué pour agrandir l’image. Pour réussir cette photo à main levée, il fallait donc une vitesse très élevée.

Le navire Havelstern approche l'Île d'Orléans en juin 2017, en direction de Point Tupper en Nouvelle-Écosse
Le navire Havelstern approche l’Île d’Orléans en juin 2017, en direction de Point Tupper en Nouvelle-Écosse

L’ISO a été ajusté à 200 et la focale à 200mm. L’ouverture n’était que de 4.0, permettant une vitesse d’obturation de 1/2500 sec.

Les jonques chinoises de Tai Po

Photo de jonques chinoises prise près de Tai Po avec un Pentax SF1 durant l'été 1990. Originalement sur diapositive et digitalisée par la suite.
Photo de jonques chinoises prise près de Tai Po avec un Pentax SF1 durant l’été 1990. Originalement sur diapositive et digitalisée par la suite.

Cette photo a été prise lors d’un voyage d’un mois dans les environs de Hong-kong en 1990. La qualité discutable de la photo provient des traitements multiples pour la rendre disponible sur le web. Quelques autres photos sélectionnées sur ce voyage se trouvent dans la section “galeries de photos” sous “Asie”.

La période où cette photo des jonques a été capturée correspond à exactement un an après le massacre de Tiananmen Square. Le South China Morning Post avait fait mention d’un rassemblement de 100,000 personnes à Victoria Park pour commémorer la tragédie. D’ailleurs on pouvait voir la foule à partir du hublot du Boeing 747-200 de Cathay Pacific au moment du survol de Hong-Kong pour l’approche finale vers l’aéroport de Kaï Tak.

Le YM Saturn devant Québec

Le navire YM Saturn, de la compagnie Yilmar, approche la Ville de Québec en 2014
Le navire YM Saturn, de la compagnie Yilmar, approche la Ville de Québec en 2014

Le YM Saturn est un navire de la marine marchande transportant des produits chimiques. Il appartient à la Yilmar Shipping and Trading, à Istanbul, en Turquie. Il a été construit en 2007 et utilise le pavillon Malte lors de ses déplacements internationaux. On le voit ici en rapprochement de la Ville de Québec, en 2014. À l’arrière-plan, il est possible d’apercevoir le pont de l’Île d’Orléans.

De façon à encadrer le navire lors de son approche, je me suis positionné sur le coin de la rue Buade dans le Vieux-Québec. Les arbres et la rue offraient un cadre naturel dans lequel il était possible de positionner le navire. Les conditions météo étaient variables, avec des averses dispersées qui ont permis d’obtenir une rue offrant quelques reflets. Le bateau était passablement loin, mais la perspective compressée créée par un objectif Canon 70-200mm 2.8 muni d’un doubleur donne l’impression d’une plus grande proximité.

Le Bassin Louise dans la Ville de Québec

Matinée occupée dans le Bassin Louise, Ville de Québec, 2015
Matinée occupée dans le Bassin Louise, Ville de Québec, 2015

Pour donner une impression d’activité frénétique dans le Port de Québec, en cette tranquille journée du printemps 2015, je me suis servi, pour la photographie, d’un appareil-photo Canon 5D MKII muni d’un objectif Canon 70-200 f2.8L IS II USM.

La confusion vient du fait que la photo est extrêmement chargée par des détails de tous ordres. Il règne une atmosphère de chaos. Tout d’abord, le spectateur doit lire de nombreux mots, dont l’importance varie de façon très significative pour lui: POLICE, CANADA, OCEAN, Sécurité Maritime, Maritime Security, GRC, RCMP, MEGA, Sea Tel, et une partie du mot Coast.

Il y a, dans un deuxième temps, de très nombreuses lignes verticales de formats différents qui interfèrent avec les multiples lignes horizontales. Les réservoirs de la BUNGE, au dernier plan, sont eux-mêmes des lignes verticales, mais beaucoup plus larges que les autres.

La perspective compressée obtenue grâce au zoom fait en sorte que tous les objets semblent collés les uns sur les autres. On se demande comment le pauvre navigateur fait pour manœuvrer à travers aussi peu d’espace .

Ce qui se passe vraiment dans la scène: il s’agit d’un matin très calme, ou tout est pratiquement immobile. Il n’y a qu’un seul bateau en mouvement et son capitaine a tout l’espace désiré pour quitter le Bassin Louise et se diriger vers le fleuve St-Laurent sans risquer de heurter quoi que ce soit.

Quelques navires sur le St-Laurent devant Québec en 2016

Voici quelques photos prises au mois de mai 2016, au moyen d’un appareil-photo Canon 5DSR muni d’un téléobjectif Canon 70-200 f2.8L IS II USM. Je me trouvais sur l’Île d’Orléans pour la session photo, du côté de la promenade Horatio Walker à Sainte-Pétronille.

Le navire Shelduck (Monrovia) devant la Ville de Québec en 2016. La photo a été prise avec un Canon 5DSR
Le navire Shelduck (Monrovia) devant la Ville de Québec en 2016. La photo a été prise avec un Canon 5DSR

Ci-dessus, le navire Shelduck, battant pavillon libérien (Monrovia), vient de franchir le passage étroit entre l’île d’Orléans et Lévis en mai 2016. Ce navire, construit en 2012, est utilisé pour le transport en vrac. À l’arrière-plan il est possible de voir la Ville de Québec, avec le Château Frontenac et l’Hôtel Le Concorde Québec.

La photo ci-dessous montre le Silver Carla (Majuro), un navire-citerne servant au transport de produits chimiques, amarré aux installations du Port de Québec. Le navire a été construit en 2014 et utilise le pavillon de complaisance des Marshall Islands.

Le navire Silver Carla (Majuro) accosté au Port de Québec en mai 2016
Le navire Silver Carla (Majuro) accosté au Port de Québec en mai 2016

Ci-dessous, le pétrolier Cap Jean de la compagnie Euronav s’approche de l’île d’Orléans. Ce pétrolier devait initialement être baptisé St-Jean, mais le nom ayant une connotation religieuse, cela était susceptible d’occasionner des problèmes dans certaines parties du globe. Le nom Cap Jean fût donc choisi.

Le navire Cap Jean, propriété de la compagnie Euronav, devant Québec en 2016
Le navire Cap Jean, propriété de la compagnie Euronav, devant Québec en 2016

La photo ci-dessous, prise également à partir de l’île d’Orléans, offre une vue intéressante de la Ville de Québec juste avant la nuit. Les nouveaux ajouts lumineux sur l’Hôtel Le Concorde Québec sont visibles à une bonne distance. Au premier plan se trouve le navire Laurentia Desgagnés.

Le navire Laurentia Desgagnés devant la Ville de Québec lors d'une soirée de mai 2016
Le navire Laurentia Desgagnés devant la Ville de Québec lors d’une soirée de mai 2016

Ci-dessous, le Nilufer Sultan fait route vers le Port de Québec. Construit en 2008, ce navire-citerne de produits pétroliers arbore le pavillon de complaisance des Marshall Islands.

Le navire Nilufer Sultan devant la Ville de Québec en 2016. Le Château Frontenac et l'Hôtel Le Concorde Québec sont également visibles.
Le navire Nilufer Sultan devant la Ville de Québec en 2016. Le Château Frontenac et l’Hôtel Le Concorde Québec sont également visibles.

La photo ci-dessous montre le navire pétrolier Sloman Herakles, de St. John’s au Canada, passant devant Québec en mai 2016. Il navigue sous pavillon Antigua and Barbuda et se dirige vers Sarnia en Ontario.

Le navire Sloman Herakles (St. John's) devant Québec en 2016
Le navire Sloman Herakles (St. John’s) devant Québec en 2016

Les deux photos ci-dessous montrent le navire porte-conteneurs Toronto Express de la compagnie Hapag-Lloyd. J’ai choisi de transformer la première photo en noir et blanc, car le navire se détachait difficilement de l’arrière-plan. Il est actuellement légèrement incliné puisqu’en virage vers la droite lors de son rapprochement de l’île d’Orléans. Sur la photo suivante, on aperçoit en arrière-plan la cheminée fumante de la compagnie Papiers White Birch, autrefois appelée Daïshowa puis Stadacona.

Photo noir et blanc du navire Toronto Express de la compagnie Hapag Lloyd devant les installations du Port de Québec en mai 2016
Photo noir et blanc du navire Toronto Express de la compagnie Hapag Lloyd devant les installations du Port de Québec en mai 2016
Le navire Toronto Express de la compagnie Hapag-Lloyd près du Port de Québec en 2016. La photo a été prise avec un appareil-photo plein format Canon 5DSR
Le navire Toronto Express de la compagnie Hapag-Lloyd près du Port de Québec en 2016. La photo a été prise avec un appareil-photo plein format Canon 5DSR

Ci-dessous le chimiquier Mayaro (Japon) arrive à la hauteur de Québec en mai 2016.

Le navire Mayaro (Tokyo) et le Château Frontenac de Québec en arrière-plan. Photo prise en 2016 avec un appareil-photo Canon 5DSR
Le navire Mayaro (Tokyo) et le Château Frontenac de Québec en arrière-plan. Photo prise en 2016 avec un appareil-photo Canon 5DSR

Prise de photos en soirée

La prise de photos de navires en soirée, avec une ISO la plus petite possible, suppose l’utilisation d’un trépied, d’un déclencheur à distance et du verrouillage du miroir pour éviter les vibrations. L’idéal est d’installer le trépied à un endroit à l’abri du vent en s’assurant que la courroie de l’appareil-photo est bien immobilisée. Nul besoin d’utiliser un filtre polarisant à cette heure de la journée : cela ne ferait que nuire à la qualité de la photo.

Le Canon 5DSR permet de prendre la photo en deux temps pour limiter encore davantage les vibrations. Le premier déclenchement lève le miroir et, deux secondes plus tard, un deuxième déclenchement automatique sert à prendre la photo. Pour plus de netteté de l’image, il convient d’utiliser la fonction Liveview avec grossissement 16X et de faire la mise au point de façon manuelle.

Les risques associés à la photographie!

Sur l’île d’Orléans, beaucoup de visiteurs se servent de la berge pour laisser leur chien se promener en toute liberté. Cela n’est pas sans causer quelques risques lorsque ces animaux qui ne sont pas tenus en laisse décident que vous-même, votre trépied et votre équipement photographique représentez un danger pour un maître qu’ils se doivent de protéger… Avis aux intéressés!

Photographie, aviation et simulation de vol