Le Château Lake Louise et Mount Richardson.

Vue du Château Lake Louise et des montagnes environnantes.
Vue du Château Lake Louise et des montagnes environnantes.

La photo ci-dessus montre le Château Lake Louise et, en arrière-plan, Mount Richardson. Sur Lake Louise, nous sommes en Alberta, mais derrière nous, la Colombie-Britannique n’est qu’à environ cinq kilomètres.

La photo a été prise durant l’été 2018, au moment où de très nombreux feux de forêt étaient en activité dans l’ouest du Canada. Heureusement pour nous, la fumée n’avait pas encore atteint le secteur de Lake Louise lors de la prise de la photo. Quelques jours plus tard, la visibilité devenait très mauvaise et la qualité de l’air dans le secteur diminuait dramatiquement.

Au moment de la photo, le temps était passablement nuageux et j’ai attendu qu’un dernier rayon de soleil éclaire une partie du Château Lake Louise pour prendre la photo. Il y avait désormais un plus grand contraste de couleurs entre le bâtiment et les montagnes en arrière-plan.

Il me semblait également important d’inclure le canot avec ses passagers pour ajouter du dynamisme à la scène. La composition photographique a été conçue de façon à ce que l’on puisse apercevoir pleinement les reflets de la partie éclairée de l’hôtel sur le lac.

Pour effectuer une photo acceptable à cette heure de la journée et sur un canot en mouvement, j’ai utilisé un objectif Canon EF85mm f/1.2L II USM monté sur un appareil-photo Canon 5DSR. La très grande luminosité de l’objectif a permis de conserver l’ISO à 200, limitant le grain photographique.

La vitesse d’obturation a été ajustée à 1/5000 pour compenser les mouvements de l’embarcation et les effets du vent. De façon à rendre justice à la scène pour cette photographie de paysage, le format 16 X 9 a été choisi plutôt que le 3X2 standard d’un capteur plein format.

Pour d’autres photos du Canada, cliquez sur les liens suivants de mon blogue :

Une vue partielle de Lake Agnes, Alberta 2018.

Une vue partielle de Lake Agnes, Alberta 2018.
Une vue partielle de Lake Agnes, Alberta 2018.

La photo ci-dessus montre une vue partielle de Lake Agnes prise en 2018.  La composition photographique s’attarde surtout aux éléments qui renforcent les lignes diagonales traversant la scène. La branche au premier plan sert également la composition en suivant le reflet des roches dans l’eau.

Le nombre limité de couleurs principales dans la photo permet également de mieux observer le trajet des diagonales à travers le paysage.

Au premier plan, à l’extrême droite, quelques personnes suivent le sentier le long de Lake Agnes dans le but d’effectuer l’ascension du Devil’s Thumb (arrière-plan) ou du plus populaire Big Beehive.

La photo a été prise avec un appareil-photo Canon 5DSR muni d’un téléobjectif Canon EF 70-200mm f/2.8L IS II USM.

Pour d’autres photos du Canada, cliquez sur les liens suivants de mon blogue:

La maison de thé de Lake Agnès, en Alberta.

La maison de thé de Lake Agnes, Alberta 2018.
La maison de thé de Lake Agnes, Alberta 2018.

La maison de thé de Lake Agnes peut être rejointe au moyen d’un sentier très bien aménagé d’une longueur d’environ 3.5 kilomètres qui part de l’hôtel Château Lake Louise. L’ascension n’est que de 400 mètres (1300 pieds). Lake Agnes se trouve à une altitude de 2134 mètres. De là, il est possible de continuer l’excursion jusqu’au Big Beehive qui se trouve à 2270 mètres d’altitude.

Il n’y a pas de route carrossable qui mène à la maison de thé de Lake Agnes. Cela signifie que les provisions sont montées à pied par les employés et les déchets descendus de la même façon. L’environnement est ainsi moins affecté par la présence humaine. Le client peut se porter volontaire pour redescendre un tout petit sac de déchets lors du retour vers l’hôtel, ce qui facilite la tâche des employés. Le choix de menus offerts dans le chalet est très sommaire, faute d’électricité. Mais l’expérience est toujours intéressante.

La photo ci-dessus a été prise durant l’été 2018 avec un appareil-photo Canon 5DSR muni d’un objectif Canon EF70-200mm f/2.8LIS II USM. La focale était ajustée à 200mm et l’ISO à 2500 pour cette photo à main levée.

Pour d’autres photos du Canada, cliquez sur les liens suivants de mon blogue:

Une photo du Yacht Club de Kelowna au crépuscule.

Le Yacht Club de Kelowna, Colombie-Britannique, en fin de soirée.
Le Yacht Club de Kelowna, Colombie-Britannique, en fin de soirée.

Pour cette photo du Yacht Club de Kelowna, en Colombie-Britannique, je me suis attardé davantage à une impression des lieux plutôt qu’à un photo-reportage où l’on peut voir le club nautique en entier avec tous les quais et embarcations.

Les mots Kelowna Yacht Club et les embarcations étant évidents au moyen-plan, je ne croyais pas nécessaire d’en rajouter. Je me suis tout de même assuré de positionner la tente dans le coin supérieur droit de la photo, car elle annonce le sujet de la photo et elle est bien éclairée.

La composition photographique devait inclure des éléments de la nature environnante qui font la réputation de Kelowna. Les bateaux sont donc encadrés par les rochers et les herbages au premier plan, alors que les montagnes sont visibles en arrière-plan.

Pour réussir la photo à cette heure tardive, un trépied était nécessaire. Il a cependant fallu limiter le temps d’exposition à cause des vents, pour éviter le flou de bougé. La vitesse d’obturation a donc été de 3.2 secondes et l’ISO ajustée à 320 pour limiter le grain photographique.  L’ouverture à 13 a permis une profondeur de champ suffisante pour offrir une bonne netteté de l’image.

L’objectif utilisé était un Canon EF 24-70mm f/2.8L USM monté sur un appareil-photo plein format Canon 5DSR. La focale pour cette photo était de 32mm. La visibilité était un peu limitée par les feux de forêt faisant rage dans la région, mais les noyaux de condensation supplémentaires présents dans l’air ont permis d’obtenir de très belles couleurs dans le ciel.

Pour d’autres photos du Canada, cliquez sur les liens suivants de mon blogue:

Nature glacée de l’hiver 2019 à Québec.

Reflets naturels dans la pluie verglaçante durant l'hiver 2019 à Québec.
Reflets naturels dans la pluie verglaçante durant l’hiver 2019 à Québec.

La pluie verglaçante tombée à Québec durant l’hiver 2019 n’a pas que des effets négatifs. Pour les amateurs de photographie, elle représente une occasion en or de travailler sur des sujets éphémères.

Le bleu visible dans la glace représente les reflets du magnifique ciel d’hiver dont je profitais pour l’occasion. Dans la photo grandeur nature, il est même possible de voir dans les reflets glacés une image des bouleaux entourant la scène.

Pour éviter toute distraction, l’arrière-plan a délibérément été gardé flou au moyen d’une ouverture réglée à 3.5. Étant donné la force des vents, la vitesse d’obturation était nécessairement plus élevée, soit 1/6400. L’ISO a volontairement été limitée à 250, pour conserver  la qualité de la photo lors de l’agrandissement ultérieur. Le capteur plein format de 50.6 mégapixels offrait une grande flexibilité pour le traitement numérique.

La photo a été captée avec un appareil-photo Canon 5DSR muni d’un téléobjectif Canon EF 70-200mm f/2.8L II USM. Je n’avais que cet objectif sous la main au moment de ma promenade dans la nature. La focale était de 200mm avec le stabilisateur activé et un réglage 1.2 mètres/infini plutôt que le traditionnel 2.5 mètres/infini.

Pour d’autres photos de la ville de Québec, cliquez sur les liens suivants de mon blogue :

Un soir d’été près de la rivière Columbia à Revelstoke, en Colombie-Britannique.

La rivière Columbia près de Revelstoke, Alberta 2018.
La rivière Columbia près de Revelstoke, Alberta 2018.

Lors d’une visite à Revelstoke, en Colombie-Britannique, il est indispensable de prendre le temps de marcher le long des sentiers aménagés près de la rivière Columbia. Les montagnes environnantes offrent un panorama très intéressant et les couleurs changeantes offrent des opportunités de photos.

Dans la photo ci-dessus, j’ai cru bon d’ajouter une touche de vie supplémentaire en attendant le passage du canard, au centre de la photo, et en incluant également les deux vélos au premier plan.

N’ayant pas de trépied immédiatement disponible, la vitesse de l’obturateur a été ajustée à 1/250 et l’ISO augmentée à 2000. L’ouverture était de 9.0 et l’exposition modifiée à +1/3 pour compenser légèrement pour un ciel très clair. Le fichier RAW de 50.6 mégapixels a permis des corrections supplémentaires supplémentaires avec Photoshop.

L’objectif utilisé était un Canon EF 24-70mm f/2.8L USM monté sur un appareil-photo plein format Canon 5DSR. La focale choisie était de 70mm.

Pour d’autres photos du Canada, cliquez sur les liens suivants de mon blogue :

Sur la route vers Lake Louise, Alberta 2018.

Sur la route vers Lake Louise, Alberta 2018.
Sur la route vers Lake Louise, Alberta 2018.

En arrivant en provenance du sud-est sur l’autoroute 1 vers Lake Louise, Alberta, vous pouvez choisir d’emprunter Castle Junction et continuer votre trajet sur Bow Valley Parkway (1A), qui est parallèle à l’autoroute 1. Il y a moins de trafic sur cette route et il est plus facile de sortir de votre voiture et prendre quelques photos des environs.

La photo ci-dessus montre Castle Mountain. J’ai attendu qu’une voiture soit visible afin d’ajouter une dimension « humaine » à la scène. La vitesse d’obturation était ajustée à 1/250, l’ouverture à 5.0, l’ISO à 200 et la longueur focale à 70mm. J’ai utilisé un objectif Canon EF 24-70mm f/2.8L USM avec un appareil-photo plein format Canon 5DSR.

Pour d’autres photos du Canada, cliquez sur les liens suivants de mon blogue :

Reflets sur lake Louise, Alberta 2018.

Reflets sur le Lac Louise, Alberta 2018.
Reflets sur le Lac Louise, Alberta 2018.

Cette photo à main levée a été prise juste avant le début d’une excursion vers Lake Agnes, tout près de Lake Louise en Alberta, durant l’été 2018. C’était une des rares périodes de l’été 2018 où la visibilité n’était pas diminuée par les nombreux feux de forêt qui faisaient rage à travers la province.

La photo a été prise avec un appareil-photo plein format Canon 5DSR. La vitesse d’obturation était ajustée à 1/250, l’ouverture à 13, l’ISO à 1000 et la focale à 24mm. L’objectif utilisé était un Canon EF 24-70mm f/2.8L USM.

Pour d’autres photos du Canada, cliquez sur les liens suivants de mon blogue :

Le Shorts 360 et l’aéroport Juancho E. Yrausquin (SAB)

Dans la section des vols insensés de mon site web http://francoisouellet.ca/fr/simulation-de-vol/vols-virtuels-insenses/, je propose maintenant ce vol du Shorts 360 entre l’aéroport de St.Maartens(Princess Juliana Intl) et l’aéroport Juancho E. Yrausquin (SABA, SAB ou TNCS selon le cas).

La piste de l’aéroport Juancho E. Yrausquin est normalement utilisée par des DHC-6,  des BN-2  ou des hélicoptères.

Le Shorts 360 au décollage de l'aérport Princess Juliana Intl.
Le Shorts 360 au décollage de l’aérport Princess Juliana Intl.

L’Île est en vue…

Le Shorts 360 et l'Île de SABA en vue.
Le Shorts 360 et l’Île de SABA en vue.

Les distances officielles d’atterrissage et de décollage requises sont passablement plus longues que ce que l’aéroport Juancho E.Yrausquin (SAB), avec sa courte piste de 1299 pieds, permet d’offrir.

Mais pour l’amateur de simulation de vol (FSX), Saba offre un beau défi car une approche très bien ajustée à une vitesse de 90 kts est nécessaire pour n’occuper que l’espace autorisé de la piste.

Le Shorts 360 et l'Île de SABA.
Le Shorts 360 et l’Île de SABA.

Piste 12 en vue, à l’extrême gauche de la photo. Vitesse et altitude ajustée.

L’approche se fait sur la piste 12, visible à l’extrême gauchede la photo. La vitesse est déjà ajustée. Les vents soufflent en provenance de180/07. L’approche se fait avec plein volets.

Le Shorts 360 est en courte finale pour la piste 12 de l'aéroport Juancho E. Yrausquin.
Le Shorts 360 est en courte finale pour la piste 12 de l’aéroport Juancho E. Yrausquin.
Le Shorts 360 sur le point d'atterrir sur l'aéroport de SABA.
Le Shorts 360 sur le point d’atterrir sur l’aéroport de SABA.

L’appareil peut être immobilisé de justesse dans la partie autorisée de la piste et la portion restante est utilisée pour virer et remonter la piste.

Le Shorts 360 après son atterrissage sur la piste 12 de l'aéroport Juancho E. Yrausquin.
Le Shorts 360 après son atterrissage sur la piste 12 de l’aéroport Juancho E. Yrausquin.
Le Shorts 360 quitte la piste 12 de l'aéroport Juancho E. Yrausquin.
Le Shorts 360 quitte la piste 12 de l’aéroport Juancho E. Yrausquin.
Le Shorts 360 est stationné à l'aéroport Juancho E. Yrausquin.
Le Shorts 360 est stationné à l’aéroport Juancho E. Yrausquin.

L’appareil pourra également quitter l’aéroport de justesse en utilisant toute la piste requise. La vitesse atteinte se situe entre 100 et 110 nœuds. Les volets sont ajustés au 2/3 pour le décollage.

Bon vol!

Photographie, aviation et simulation de vol